vendredi 23 juin 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Philemon Zo’o Zame : Omnipotent plutôt que technocrate Spécial

Qui est le nouveau directeur général de l’Art ?


C’est à un «étranger» du domaine que Paul Biya a confié depuis ce 8 juin 2017 les rênes de l’Agence de régulation des télécommunications (Art). Un homme de l’extérieur, mais un vieux briscard de la gouvernance au Cameroun. Titulaire d’un doctorat Phd en Géologie appliquée obtenu à l’université de Yaoundé en 1990, Philemon Zo’o Zame est également ingénieur d’Etat des mines et titulaire d’un Diplôme d’études approfondies (Dea) en Génie énergétique obtenus respectivement à l’Ecole nationale polytechnique d’Alger et de Yaoundé. Formations complétées par divers stages et séminaires en administration minière, concessions et gestion portuaires, gestion des infrastructures urbaines, Management des Sociétés publiques, partenariat Public/Privé dans le secteur des Transports,…


Autant de qualifications et compétences qui ont ouvert les portes de la présidence de la république en 1999 à celui qui a été ingénieur d’études à Scet Cameroun et à Cogefar Cameroun. Responsable du secteur des infrastructures à la Division des affaires économiques du Secrétariat général de la Présidence de la république, l’enseignant de l’université de Yaoundé I doit mettre ses compétences et aptitudes à rude épreuve sur presque tous les terrains rocailleux de la gouvernance Biya. Philemon Zo’o Zame a représenté la Présidence de la république comme administrateur dans les conseils d’administration des sociétés du groupe Camship, les compagnies pétrolières Pecten, Mobil, le Crédit foncier du Cameroun, le Labogénie (égalment membre de l’assemblée générale ici) ; et simple membre du Conseil national de la route (Conaroute), le Comité de pilotage du barrage de Memve’ele, les Accords aériens en tant que président du groupes d’experts, le plan consensuel sur le transport en Afrique centrale, la Commission spéciale des marchés financés par le Fed,… Et par ailleurs, présidents des comités de pilotage de plusieurs conventions telles que celles pour la réalisation de l’Inventaire des routes rurales du Cameroun, d’Assistance technique en géotechnique au ministère des Travaux publics et d’assistance technique relative à la recherche, la localisation et l’établissement d’une cartographie des matériaux des locaux.


Tourner la page Beh Mengue


Avec des résultats à la dimension d’un homme exposé à l’adage «qui trop embrasse mal étreint». Même si l’ancien secrétaire général du ministère des Travaux publics (Mintp) n’a pas poursuivi tous ses lièvres à la fois. L’un de ses derniers projets d’envergure était celui de l’autoroute Yaoundé-Douala dont il était le coordonnateur, et qui avance à pas de tortue. L’opinion pourra juger par elle-même entre autres terrains d’expression de la polytechnicité du fils de Zame Daniel et Afane Jeanne Ainsi, si la privatisation de la Camship, l’élaboration des textes sur la mise en place de la Camwater et la privatisation de la Snec, l’élaboration (puis la révision) du Code minier, du Code pétrolier et du Code gazier, la mise en place du Fonds routier, la révision des textes du Fonds Routier et la privatisation de l’entretien routier, la réforme de la carte grise et du permis de conduire…


Comme on le voit, Philemon Zo’o Zame n’a pas d’expertise dans le domaine des télécommunications, mais davantage dans les secteurs énergétiques et ceux liés aux transports. Pour autant, l’homme n’est pas totalement étranger au secteur qu’il va bientôt piloter. Le successeur de Jean Louis Beh Mengue a non seulement participé à la rédaction de la loi sur la réforme du secteur de l’électricité, ainsi que dans le cadre de la privatisation de la Sonel et l’élaboration des textes sur l’Agence d’électrification rurale, mais a apporté son expertise dans l’élaboration des textes de mise en place de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité. Aujourd’hui, Paul Biya à cet esprit de 55 ans (né le 18 octobre 1962 à Djoum) sans cesse e quête de compétences et de challenges, un secteur à la croisée des chemins. Celui des télécommunications. Le fils du Djaet Lobo devra ouvrir une nouvelle page pour cette maison qui ferme la page des 18 ans de règne de Jean Louis Beh Mengue et neutraliser les obstacles à la poursuite des chantiers laissés par ce dernier. Zo’o Zame fera valoir le séminaire sur le management des Sociétés publiques qu’il a fait en France en 2003.

Source: Défis actuels

Dernière modification le vendredi, 16 juin 2017 12:50

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages