Partenariat. Afreximbank appuie le financement des PME camerounaises

1
46

La banque d’import-export vient de signer un protocole d’accord avec le conseil national des chargeurs du Cameroun visant à faciliter l’accès au financement des PME dans leurs opérations de commerce international.

- Publicité -

D’après le Conseil National des Chargeurs du Cameroun (CNCC), 33% des PME locales voient leur rendement baisser du fait de l’insuffisance des crédits qui leur sont accordés. Pour les aider à diversifier leurs sources de financement, le CNCC a décidé d’instaurer une collaboration avec Afreximbank en vue de la mise en place d’un cadre attractif pour les PME.  Ceci permettrait de « booster leur compétitivité économique par les échanges extérieurs à l’heure de la Zlecaf. Une collaboration qui pose les jalons des mécanismes de financement pérenne des opérateurs économiques afin qu’ils puissent bénéficier des opportunités de financement du commerce extérieur tel que prescrit par la stratégie nationale de mise en œuvre de la Zlecaf pour le Cameroun », indique Auguste Mbappe, directeur du CNCC.

Alors que 51% des demandes de financement des PME sont rejetées, contre 7% pour les multinationales, les experts évoquent plusieurs raisons. Notamment l’absence de maitrise des mécanismes de financement innovant ou encore la méconnaissance des procédures  du commerce extérieur. C’est pourquoi la signature de ce protocole d’accord a eu lieu dans le cadre d’un séminaire organisé par Afreximbank et le CNCC à Douala pour combler ces insuffisances. Cette rencontre qui s’est tenue du 12 au 14 avril dernier et réunissant les conseils nationaux des chargeurs de différents pays de la sous -région a permis entre autres de présenter des mécanismes du commerce extérieur susceptibles d’accompagner les chargeurs et en particulier les PME dans leurs activités d’import-export.  En plus d’examiner les difficultés d’accès au financement, il était également question de de passer en revue les diverses opportunités de financement dont dispose AFREXIMBANK au profit des entreprises camerounaises et africaines désireuses d’aller à la conquête des marchés étrangers. En termes de financements alternatifs proposés par AFREXIMBANK, il y a la plateforme MANSA, le Fonds pour le Développement des Exportations (FEDA), l’accès au portail d’informations commerciales et réglementations (TRADAR Club ), le programme de financement du commerce africain, Système Africain de Paiement et de Règlement (PAPSS), etc. Maureen Mba,  chef de la délégation d’Afreximbank a d’ailleurs invité « l’ensemble des membres du CNCC, les PME ,PMI TPE à publier les informations sur la plateforme centralisée Mansa pour obtenir le code  Madza et  bénéficier des facilités offertes par Afreximbank ».  

La banque africaine d’import export présente au Cameroun depuis l’année dernière entend à travers cet accord accompagner le secteur privé constitué en majorité des PME afin qu’elles tirent partie du marché unique africain, la Zlecaf.  Cette démarche intervient dans un contexte où le déficit élevé de financement du commerce, est estimé à 82 milliards de dollars US, selon une enquête d’Afreximbank et de la BAD. Or, le Cameroun ne dispose pas d’un mécanisme institutionnel spécifique de financement des exportations.  Et alors qu’en plus d’être la locomotive de la Cemac, le pays est la porte d’entrée d’Afrique Centrale.  Il abrite  par ailleurs le Secrétariat Général de l’Union des Conseils des Chargeurs Africains (UCCA), qui regroupe les organismes faîtiers des chargeurs présents dans 17 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Le pays se positionne donc comme la plaque tournante pour la promotion et le développement du commerce intra-africain.

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here