Incarcération : Maurice Kamto à la porte de sortie, Me Ndoki entrant

L'un attend d'être fixé sur sa demandé de liberté, l'autre sera audionnée par le Gso ce jour.

0
680
Un moment délicat pour la suite du procès

Maurice Kamto et les premiers manifestants du 26 janvier arrêtés à travers le pays sont devant le Tribunal de Grande instance (Tgi) ce 28 février 2019. Dans une procédure en habeas corpus. Le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) et ses alliés et partisans exigent leur libération provisoire, en attendant l’issue des procès intentés contre eux. Avec peu de chance d’obtenir satisfaction, tant le pouvoir a jugé les faits commis par les partisans des « marches blanches », si graves qu’ils ont été orientés au Tribunal militaire. Avant qu’une partie ne soit redirigée vers le tribunal de grande instance du Mfoundi. Une division qui n’est pas du goût des avocats qui exigent non seulement la libération de leurs clients, mais aussi, qu’ils soient tous jugés par le même tribunal (à savoir un tribunal civil) car ayant commis les mêmes fautes. Ce sera la première fois que les militants et sympathisants du Mrc et de son leader voient Maurice Kamto depuis le 28 janvier, date de son arrestation. Après avoir été conduits à Yaoundé, le groupe arrêté au domicile d’Albert Dzongang et tous les autres interpellés le jour de la marche à travers le pays, ont passé un peu plus de deux semaines dans différents centres de détention de Yaoundé, avant d’être présentés au Commissaire du gouvernement.

Le 26 janvier 2019 de Me Ndoki en images

AU moment où la procédure en habeas corpus s’ouvre, Me Michèle Ndoki se fait auditionner au Groupement spécial d’opérations (Gso) où elle a été amenée après son arrestation mardi dernier. Après deux jours de détention, la vice-présidente du Mrc sera donc fixée sur ce qui l’attend. C’est après cette audition que celle qui avait jusqu’ici réussi à échapper aux forces de défense et de sécurité, avant d’être happée le 26 février, saura si elle rejoindra Maurice Kamto au tribunal militaire ou le groupe « affecté » au Tgi. Mais déjà, elle suit l’itinéraire de son président national, en commençant par le Gso. En attendant que le tribunal se déclare sur l’incompétence soulevée par la défense, pour les premiers interpellés.

Sur le même sujet:

Marches blanches: Me Ndoki arrêtée

Contestation politique: Le jour où tout a dégénéré

 

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here