Tensions politiques : Maurice Kamto arrêté

Plusieurs autres cadres du Mrc sont privés de leur liberté dans le cadre des manifestations organisées samedi dernier à travers le monde.

0
1142
des moments difficiles

La deuxième partie de la guerre que se livrent le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) et le régime de Yaoundé s’est poursuivi ce jour par l’arrestation du Pr Maurice Kamto et plusieurs autres cadres de son parti. « Il était exactement 20h35 quand ils ont mis la main sur le Pr Maurice Kamto, Christian Penda Ekoka et Albert Dzongang. Peu avant, ils avaient enlevés Célestin Djamen et certains autres blessés de samedi internés à l’hôpital général de Douala dont Guy Laurent Kouam », précise Serge Aimé Bikoï, chef service politique à la Radio Tiéméni Siantou (Rts). L’homme qui a vécu les événements sanglants de samedi dernier à Douala, ajoute que « c’est depuis la journée qu’ils ont encerclé la maison d’Albert Dzongang où se trouvaient également Maurice Kamto ». Dans le même temps, à Yaoundé, une opération similaire se déroulait. Selon Paul Chouta, lanceur d’alertes, le Pr Alain Fogue, Okala Ebode, trésorier et trésorier adjoint du parti, ont été interpellés. Les sources ne s’accordent pas sur la destination prises pour ceux de Yaoundé : entre le commissariat central N3, la délégation régionale de la Police judiciaire et la direction de la police judiciaire.

Toujours est-il que de nombreux cadres du Mrc sont entre les mains des forces de maintien de l’ordre depuis ce soir du 28 janvier 2019. Rien ne filtre pour le moment des motifs de ces arrestations. Mais nul doute que cela a un lien avec les manifestations organisées ce 26 janvier à travers plusieurs villes camerounaises et européennes. Lesquelles se sont achevées par des violences et le saccage de certaines représentations diplomatiques du Cameroun dont celles de Paris.

C’est une nouvelle phase de la crise qui met aux prises le candidat malheureux et le pouvoir de Yaoundé. Après une naissance difficile en 2012, le Mrc s’est progressivement présenté sur la scène politique camerounaise comme une force alternative pour la transition. Au passage, de nombreux pics. Jusqu’à l’élection présidentielle du 7 octobre dernier, qui a vu la victoire de Paul Biya devant Maurice Kamto. Mais le candidat malheureux n’a jamais reconnu la réélection de son challenger. Après un contentieux post-électoral riche en rebondissement et qui a parfois imposé des nuits blanches à la Cour constitutionnelle, le candidat du Mrc continue de réclamer sa victoire. Et les manifestations de samedi qui portaient sur divers points avait pour principale revendication, la dénonciation du « Hold-up électoral ». La suite se fera dans les couloirs de la justice. Toutes les personnes interpellées devraient être jugées à Yaoundé.

Sur le même sujet:

Week-end de guerre entre Maurice Kamto et le régime de Yaoundé

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here