Visite : Ahmad Ahmad au Cameroun

Le président de la Caf est arrivé à l’improviste ce matin, dans le cadre de l’affaire de la Can 2019.

0
447
Ahmad affronte personnellement le terrain Cameroun

Ahmad Ahmad est en terre camerounaise depuis 7h55 ce 2 octobre 2018. Le président de la Confédération africaine de football (Caf) et son premier vice-président Constant Omari, sont arrivés par un jet privé, en compagnie de Me Happi Dieudonné le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), et de Samuel Eto’o Fils. La délégation a été accueillie à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, a été accueillie par le ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep), et une délégation d’anciens Lions indomptables dont Joseph Antoine Bell, Rigobert Song Bahanag.

Rien ne filtre du menu du séjour du patron du football africain en terre camerounaise, si ce n’est une audience avec le président de la République. Déjà que la nouvelle de cette visite est tombée seulement dans la nuit. Confirmant une rumeur déjà en circulation en fin de semaine dernière. Mais il est certain qu’Ahmad parlera de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 dont l’organisation confiée en 2014 au Cameroun, est menacée de retrait par le nouvel exécutif de la Caf. Depuis un peu plus d’un an, Ahmad Ahmad multiplie les déclarations et contre-déclarations au sujet de cette organisation pour laquelle il a maintes fois déclaré que le Cameroun ne sera pas prêt. Poussant Paul Biya à sortir de sa réserve pour promettre que « le Cameroun sera prêt le jour dit ». C’était en février 2017.

La Can 2019, les infrastructures et la sécurité

De quoi calmer momentanément les menaces du successeur d’Issa Hayatou qui a relancé ses menaces quelques mois après. La dernière sortie du Malgache a été signée la veille de l’Assemblée générale de la Caf tenue le 30 septembre 2018 à Sharm-El-Cheickh en Egypte. Alors que le sujet n’était pas inscrit à l’ordre du jour des travaux, Ahmad Ahmad en a débattu lors de la réunion du Comité exécutif tenue la veille. Se basant sur les vidéos de la dernière mission d’inspection passée au Cameroun en août dernier, le président de la Caf a estimé que le Cameroun accuse un énorme retard. Et annonce la décision de la Caf pour l’après élection présidentielle au Cameroun (elle aura lieu le 7 octobre prochain). Annonçant une visite d’une mission conjointe Fifa-Caf pour évaluer l’environnement sécuritaire. Un aspect sur lequel le Cameroun risque de ne pas satisfaire les exigences de la Caf, tant deux régions du Cameroun, le Nord-ouest et le Sud-ouest, sont en crise armée contre l’autorité de la République. Et les parties belligérantes ont des positions radicales sur la sortie de crise : d’une part les séparatistes tiennent à faire sécession sans condition, et d’autre part le régime de Yaoundé veut réprimer la contestation par la force. La Can devant se jouer dans les villes de Buéa et Limbé, région du Sud-ouest.

Les lignes pourraient bouger après la visite d’Ahmad Ahmad. L’émissaire du Cameroun à ses côtés, Samuel Eto’o Fils, a tenu à accompagner personnellement l’homme auprès de son mandant Paul Biya. Et Ahmad s’est fait accompagner d’un de ses plus fidèles, le Congolais Constant Omari qui fut en son temps un des alliés sûrs d’Issa Hayatou. Même s’il a lâché le prince de Garoua en mars 2017, en marge de l’élection qui a vu la chute de l’ancien baron de la Caf. L’homme qui a cédé en fin de partie, devrait certainement jouer un rôle majeur dans la recherche de la paix entre la Caf et le Cameroun.

A lire aussi sur le même sujet:

Ahmad, le dilatoire et le sniper

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here