Inspection Caf : Antony Baffoe gronde, Garoua rassure, le Cameroun avance

Le chef de la 3ème mission de la CAF n’a pas été tendre envers le Cameroun à Garoua, alors que les travaux avancent.

0
472

« Si à la prochaine visite les chantiers ne sont pas terminés, on sera obligé de retirer la CAN au Cameroun ». Selon une source interne à la délégation de la 3ème mission d’inspection de la Confédération africaine de football (Caf), Antony Baffoe n’a pas mâché ses mots à Garoua, face aux responsables des chantiers d’infrastructures de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019. «Ils ont donné sept semaines aux entreprises pour finir leurs chantiers», apprend-on. Le Ghanéen, secrétaire général adjoint de la Caf, annonce son retour au Cameroun pour le 1er novembre prochain. A l’occasion, l’ancienne vedette du football ghanéen compte « prendre une décision finale ».

Une menace que ne redoute pas Ben Modo, le patron de Prime Potomac, adjudicataire des marchés de six chantiers sur le site de Garoua : la réhabilitation du stade du Cenajes, de la gendarmerie, de Poumpoumre, du Camp d’entraînement de Coton sport, de l’hôtel La Bénoué et la construction de l’hôtel des sports. « Nous livrerons les chantiers le 30 Septembre, tel que le stipule le contrat que nous avons signé avec l’Etat du Cameroun», assure-t-il. C’est ce site qui a souvent causé des insomnies au comité local d’organisation de la 32ème Can de football. Notamment les chantiers confiés à Prime Potomac qui ont été secoués par des grèves et mouvements d’humeur.

Espoir

Et pourtant, sur le terrain, l’entreprise américaine reste optimiste. En dehors de L’hôtel des sports où l’on s’activait encore à préparer la 3ème des quatre dalles prévues pour cet hôtel de 108 chambres, à cinq jours de la visite de la Caf, sur les autres chantiers, le gros-œuvre est terminé et on s’occupe des finitions. « Le climat social a causé des dysfonctionnements, mais il y a une stratégie en marche pour que nous puissions tenir les délais », a rassuré Noël Désiré Tchinda, le directeur technique de Prime Potomac Cameroon S.A. Désormais, Prime potomac a opté pour la mécanisation de la main d’œuvre et l’usage de préfabriqués (pour l’Hôtel des sports). Le signal d’optimisme est donné depuis le site d’où sont régulièrement émis les arguments de doute et de crainte.

Du côté de Mota Engil, le Portugais qui s’occupe de la rénovation du stade de Roumdé Adjia et de la construction du stade annexe et d’un hôtel de 70 places, les bruits sont rares, mais on est aussi concerné par l’ultimatum d’Antony Baffoe. Assurance a été donnée que « les délais seront respectés ». A Yaoundé-Olembé où se construit le stade qui abritera le match d’ouverture, la charpente est en cours d’installation, puis suivra la pose de la toiture. Pendant ce temps, la fixation des sièges se poursuit. Japoma-Douala n’en est pas éloigné. Bafoussam est prêt depuis 2016, comme Limbé-Buea. Mais les travaux du site de l’Ouest se concentrent sur les camps d’entraînement, avec la pose du gazon. Seul hic, l’aménagement des routes qui traîne. En clair, le comité local d’organisation de la Can 2019 se dit confiant au moment où se déroule la 3ème mission de la Caf. La fin des travaux dans la plupart des chantiers étant fixée au plus tard à fin octobre 2018.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here