Grâce à Ajara Njoya, le Cameroun peut encore aller plus loin. Photo Fifa.com

« Lorsque je prends le ballon hors de la surface, je me dis que ce sera la dernière occasion du match et que si je la perds, c’est fini. J’ai pris mon temps, je me suis concentrée, j’ai feinté la défenseuse et j’ai placé sur le côté ». Ainsi, Nchout Ajarra Njoya parle de son état d’esprit et décrit le but salvateur qu’elle a inscrit dans les vingt dernières secondes du match Cameroun-Nouvelle Zélande (2-0), comptant pour le dernier match du groupe E de la Coupe du monde France 2019. Alors que l’arbitre s’apprêtait à siffler la fin de la rencontre, le destin du match vient de changer. Le nul d’un but partout qui crucifiait le Cameroun relève désormais du passé.

La Nouvelle Zélande désillusionnée. Photo Fifa.com

« On savait que le peuple camerounais nous attendait. En 2015 nous sommes sortis en 8ème de finale ; il n’était pas question qu’on sorte de la compétition au premier tour ». Alors Nchout Ajara Njoya peut se féliciter d’avoir permis aux Camerounais de ne pas rentrer au premier tour. Elle qui avait déjà ouvert la marque à la 57ème minute. Mais le Cameroun cessera de rêver lorsqu’Awona marque dans les buts camerounais sur un tir raté et dévié dans la lucarne de Ngo Ndom.

Avec ce score, le Cameroun qui occupait le dernier rang du groupe, passe devant le Nigeria qui s’est relancé hier après le nul de 3-3 entre l’Ecosse et l’Argentine. Le Cameroun se relance dans le tournoi, en même temps que les trois autres meilleures troisièmes du premier tour. Alain Djeumfa peut trouver un petit temps de répit. Le sélectionneur national qui était déjà voué aux gémonies, pour sa sélection critiquée tant pour le nombre de blessées retenues que pour ses choix parfois jugés peu osés.

Le Cameroun a atteint le niveau de 2015. La balle est dans le camp des joueuses et du staff pour tenter de faire mieux qu’à Canada 2015.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here