Tendance : Le pagne est à la mode

0
279

Pour se vêtir ou pour la décoration intérieure, beaucoup affichent un grand intérêt à consommer ce tissu. Une opportunité pour de nombreux entrepreneurs.


Des ensembles, sacs à main, bijoux, chaussures et même des rideaux aux couleurs du pagne abondent les marchés. La demande est grande. Marie Thérèse Mbella, couturière au quartier PK 13 à Douala a dû adapter ses produits à la mouvance, et même recruter de nouveaux ouvriers. « Avant, je faisais de simples kaba, mais aujourd’hui les clientes sont plus exigeantes. Elles veulent des modèles particuliers qu’elles voient sur facebook et ça demande de créer. Ce qui est bien c’est qu’on a plus de clients. Les gens sollicitent beaucoup le pagne que ce soit pour eux même ou pour leurs enfants. Je n’ai pas moins de 10 commandes chaque semaine.», dit-elle.

- Publicité -

Plus besoin, comme par le passé, des occasions particulières à l’instar des cérémonies pour arborer le pagne. Sans prétexte, ce tissu fait désormais partie du quotidien de plus d’un qui le portent fièrement. Il est révolu, ce temps où le pagne était une affaire de femmes. Aujourd’hui les hommes s’y mêlent aussi. Raison avancée par Romain Kwédi, cadre d’entreprise, « le pagne nous donne une allure de responsable mais en même temps, je le trouve plus économique par ce qu’il peut résister pendant plus de 5 ans s’il est bien entretenu. En plus, vous avez la possibilité de choisir un modèle à votre convenance contrairement au prêt à porter. » Le pagne était déjà par le passé sollicité par des groupes organisés pour les obsèques, les mariages et autres occasions. Cette demande est grandissante et se diversifie avec la recherche d’un style singulier. Pour les préférences qui ont cours actuellement, « les hommes sont dans la tendance nigériane. Ils recherchent des ensembles boubou avec des mélanges de couleurs. Chez les femmes, on a la dentelle coton et la dentelle en billets. Le bazin et le coton glacé sont aussi à la mode. Bref, même pour les associations, les clients veulent des modèles stylés », décrit André Nkono Anaba, styliste. Pour avoir une tenue de mariage, il faut prévoir au moins 100 000 francs.

QUÊTE D’AUTHENTICITÉ ET GUERRE CONTRE LA FRIPERIE

Certains consommateurs revendiquent une certaine authenticité en arborant le pagne. C’est d’ailleurs dans ce registre, qu’on pourrait classer l’intérêt manifesté par les camerounais de la diaspora. « Il relève mon identité, marque ma singularité et ressort mon originalité. Le pagne est mon compagnon. Je l’arbore fièrement partout en l’adaptant simplement à la circonstance. », explique passionnément Ginette Biban, une adepte. Des entrepreneurs ont saisi cette opportunité. C’est d’ailleurs la raison du positionnement de plusieurs marques qui ont fait du tissu traditionnel « Ndop », leur principale matière première. « Nous avons constaté que le marché est dominé par des marques étrangères et par la friperie aussi. On a donc mis sur pied un projet qui consiste à réunir des acteurs de la mode pour promouvoir les marques africaines dans le monde. », souligne Maurel Nkono, promoteur de la Société Industrielle du Textile et des modes africaines Sitma.

Dossier réalisé par Tatiana Meliedje

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here