Pénurie des devises: la surenchère sévit dans le marché noir

0
654
La surenchère sévit dans le marché noir

La pénurie des devises qui a cours depuis plusieurs mois au Cameroun semblent profiter à certains acteurs intervenant dans la chaîne de vente et d’achat de ces devises. Jean Paul, cambiste dans la ville de Yaoundé au lieu-dit boulevard du 20 mai, n’a pas eu besoin de se faire prier le 02 août dernier, pour admettre qu’il se lèche les doigts dans cette activité : « j’achète l’euro à 655 francs CFA, mais je le revends à 700 voire 750 francs CFA. En ce qui concerne le dollar, on me le vend à 580 ou 585 francs CFA et je le revends à 600 ou 620 francs CFA, en fonction du client que j’ai en face de moi », déclarait-t-il au reporter de Défis Actuels. Pour ce qui est de sa marge bénéficiaire, il n’en fait pas un mystère : « en prenant le minimum de 700 francs CFA l’euros, je me fais des bénéfices de 45 francs CFA par euro vendu ». Et d’ajouter, d’un air plutôt serein, « c’est à prendre ou à laisser. Ce n’est pas moi ou mes collègues qui avons créé cette pénurie ». Et lorsqu’il lui arrive de vendre un euro à 750 francs CFA, cela lui vaut très souvent le détour dans le snack de son quartier en fin journée, pour célébrer la bonne affaire. « Bien sûr qu’il m’arrive de trouver des clients à qui je vends l’euro à 750 francs CFA. Cette semaine a par exemple été fructueuse pour moi. J’ai pu échanger jusqu’à 700 euros. Je vous laisse faire le calcul ! », clame-t-il, la main tendue vers le boulevard du 20 mai, en signe d’interpellation des clients potentiels qu’il séduit grâce à la formule « échanges ! échanges !». Effectivement, tout calcul fait, pour 700 euros d’échanger à raison de 750 francs CFA l’euro, Jean Paul se retrouve avec la bagatelle de 66 500 francs CFA en une journée, soit pratiquement le double du salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) qui est désormais fixé à 36 270 francs CFA au Cameroun. Chez Joseph Ndi, collègue de Jean Paul, le coût de vente de l’euro est délibérément fixé à 800 francs CFA « j’achète l’euro à 655 francs CFA, mais je le revends à 800 francs ». Calculette en main, Joseph Ndi se fait un profit de 150 francs CFA de plus que la valeur fixe. Et ce, sans sourciller. « C’est la loi de la rareté mon cher ! Lorsqu’un produit est difficile à trouver sur le marché, les enchères augmentent », balance-t-il, placide. Pour le dollar ajoutet- il, « je l’achète à 590 mais je le vends à 650 francs CFA, ça me fait 60 francs de bénéfice », explique-t-il.

Banques : le moindre mal ?

Les cambistes ne sont visiblement pas les seuls à se frotter les mains dans cette situation de rareté des devises. Les établissements bancaires s’y sont également lancés. « Nous achetons l’euros à 655 francs CFA, mais nous le revendons à 690 francs CFA. Mais pour ce qui est du dollar, nous ne le changeons ni ne l’achetons pas », confie, sous anonymat, un cadre en service dans une banque de la ville. Mais, précise-t-elle, « nous prélevons la somme de 5000 francs CFA, représentant les frais des commissions, quel que soit le montant de la transaction ». Gaston B, cadre dans une banque située à l’avenue des banques explique quant à lui que « nous achetons l’euro à 655 francs, mais nous le vendons à 780 francs CFA ». A la question de savoir ce qui explique la marge de 125 francs CFA que l’on fait payer au client, notre interlocuteur peste et persifle, sans dire le moindre mot. Dans un communiqué récemment signé par le président du Groupement Inter patronal du Cameroun (Gicam), Célestin Tawamba, déplorait le fait que « les commissions de transfert et d’achat des devises, ainsi que divers frais bancaires sont quasiment en hausse ». Ce qui n’est pas sans conséquences pour les activités des entreprises, s’indignait-il. De l’avis de certains spécialistes, ces attitudes de surenchère reflètent tout simplement les pratiques qui ont cours lorsque les devises deviennent rares. Avec ceci de pernicieux qu’il risque de déboucher sur la dévaluation du franc CFA si les coûts continuent d’être autant élevés, préviennent des experts.

Par Junior Matock ( Défis Actuels 408)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here