Minfi : Le pari réussi des réformes des finances publiques

ces reformes se sont entre autres traduites par, la discipline budgétaire, la réduction du déficit budgétaire et le respect du calendrier de remboursement de la dette du Cameroun.

0
806
Climat des affaires : un léger mieux selon le Gicam

S’il est point sur lequel les différents Partenaires Techniqueset Financiers(PTF), notamment le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale, etc, félicitent constamment le Cameroun, c’est bien celui de la mise en œuvre des réformes en matière de gestion des finances publiques. En effet, de l’avis des spécialistes, la signature du Programme Economique et Financier appuyé sur la Facilité Elargie de Crédit (FEC), a donné lieu à la mise en place d’une série de réformes des finances publiques. Lesquelles devaient conditionnées le déblocage des appuis budgétaires nécessaires au relèvement de l’assiette des réserves de change. Dans ce sens, trois chantiers majeurs ont été entrepris pour surmonter la crise économique, à savoir la rigueur/disciple budgétaire, la réduction du déficit budgétaire et le règlement de la dette, éléments essentiel pour maintenir la confiance des partenaires.

DISCIPLINE BUDGÉTAIRE

Une fois nommé ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze a sonné le tocsin de la discipline ou de la rigueur dans la gestion des ressources publiques de l’Etat. A chaque occasion, il rappelait à l’ensemble du gouvernement l’urgence de ne dépenser qu’à concurrence de ce dont on dispose, en évitant le gaspillage des ressources devenues rares, du fait de la crise économique. L’on se souvient qu’au cours de la conférence annuelle des services centraux et déconcentré de son département ministériel, il invitait ses collaborateurs à devenir des ambassadeurs de la rigueur budgétaire parce que, arguait-til, « les temps ont changé, on ne peut plus continuer à vivre comme si nous étions dans une situation normale ». Bien plus, le Minfi va rendre publique une circulaire, invitant ses collègues à se limiter aux dépenses essentielles, parce que les marges de manœuvre de l’Etat étaient plus que jamais réduites. C’est dans cette perspective que Louis Paul Motaze a lancé la traque aux fonctionnaires fictifs, à travers l’Opération de Comptage Physique (Coppe 2018).

COPPE 2018

Selon les derniers chiffres en la matière, près de 22 000 agents publics ont été expurgés du fichier solde de l’Etat. D’ailleurs récemment, le Minfi a opté pour le virement individualisé des salaires et pensions des agents publics. Cette nouvelle méthode, selon le directeur général du Trésor et de la Coopération Financière et Monétaire au Minfi, Sylvestre Moh Tangongog, « va permettre d’assainir le fichier solde de l’Etat, en identifiant et en éliminant les matricules fictifs ». Il précisait à cet effet que : « sur 410 000 matricules recensés, nous avons pu grâce à l’opération Coppe, valider seulement 388 000 ». En termes d’économie, rendu à fin decembre 2018, l’Etat avait économisé cinq milliards de francs CFA. Et selon des prévisions faites au Minfi, au cours de l’année 2019, le Trésor public camerounais réalisera des économies globales de 26 milliards de francs CFA sur les dépenses des personnels.

RÉDUCTION DU DÉFICIT BUDGÉTAIRE

Avant la signature du Programme Economique et Financier avec le FMI en 2017, le niveau de déficit budgétaire atteint par le Cameroun avait atteint un seuil plutôt inquiétant, à savoir 6,1 % du Produit Intérieur Brut (PIB) en 2016. Cependant, les mesures prises par le gouvernement, vont permettre au pays de se relever progressivement, à tel point qu’en fin 2017, ce déficit avait été ramené à 4,9 %, grâce à la mise en œuvre du Programme Economique et Financier signé avec le Fonds Monétaire International (FMI). En 2018, un autre cap a été franchi et le déficit budgétaire se situait à 2,6 %. Les projections pour 2019 indiquent 2,1 %. Ainsi, dans l’optique de maintenir l’équilibre budgétaire, le Minfi a prescrit « le maintien à 20 % des blocages de précaution sur les lignes des biens et services du budget de l’Etat, le renforcement de l’encadrement des procédures dérogatoires, de la mobilisation des recettes ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here