mardi 20 février 2018
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Sécurité: la Douane à l’épreuve de la sécurité du commerce

La sécurité de l’environnement commercial et le développement économique doivent connaître un boom exceptionnel au cours de cette année 2018. La Douane devra, pour assurer la réalisation de cet objectif et celui du développement économique, mobiliser d’importantes recettes budgétaires », indiquait le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey. C’était à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la Douane, vendredi dernier à Yaoundé, sous le thème : « Un environnement commercial sûr au service du développement économique ». Cette instruction du Minfi s’inscrit dans un contexte économique marqué par le Commerce illicite, la baisse de la compétitivité des entreprises, la déperdition des recettes douanières, le ralentissement des échanges du commerce extérieur, le terrorisme, les trafics illicites, le blanchiment des capitaux. « De telles activités peuvent également avoir un impact sur la gouvernance, l’économie, le développement et la sécurité des citoyens » déplore le ministre.

Pour cela, la Douane devrait, selon Alamine Ousma Mey, construire un environnement propice, sûr, juste et durable. « La Douane peut contribuer à créer un environnement commercial plus stable et plus prévisible en harmonisant les procédures. Les entreprises légitimes requièrent une chaîne logistique sécurisée pour pouvoir prospérer. Certaines menaces émanent du commerce luimême », fait savoir le Minfi. Ainsi, pour atteindre cet objectif visé par le Minfi et limiter les goulots d’étranglement qui plombent depuis peu le tissu commercial et le développement économique de notre pays, et surtout, assurer la sécurité de l’environnement commercial, la Douane camerounaise, en communion avec le ministère des Finances, en mis en oeuvre une batterie de mesures. Il s’agit d’« une stratégie visant notamment la sécurité de l’environnement commercial, non pas comme une fin en soi, mais plutôt comme un instrument par le biais duquel le développement économique peut être atteint ». Cette stratégie qui repose sur la facilitation, le partenariat, la communication et la gestion des risques se matérialise par la transparence, la prévisibilité, la simplification et la certitude des procédures douanières, l’automatisation ou l’informatisation des activités douanières améliore l’efficacité et la rentabilité, et supprime de nombreux risques de corruption.

En outre, la Douane a procédé à l’expérimentation des protocoles d’accord avec d’autres administrations douanières, publiques et certaines entreprises privées afin d’assurer une plus grande facilitation et une sécurisation accrue des opérations du commerce extérieur. L’institution développe également des vecteurs d’information et de communication pour permettre aux usagers d’avoir une bonne lisibilité des procédures et des règlementations spécifiques douanières, et anticiper sur leurs opérations pour une réduction des coûts et délais de passage des marchandises. Selon le directeur général de la Douane, Fongod Edwin Nuvaga, la mise en œuvre de cette stratégie a permis à son institution d’obtenir des résultats probants à savoir : le maintien d’un bon niveau de mobilisation des recettes douanières, la promotion des bonnes pratiques, la responsabilisation des acteurs, la réduction des faux transits, l’accentuation de la lutte contre le commerce illicite, la célérité dans le dédouanement, la transparence, l’assainissement du climat des affaires, l’amélioration des performances des entreprises du secteur privé, la réduction de la pauvreté et la dynamisation de la croissance économique.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ÉCONOMIE

0
Partages
0
Partages