Affaire Maurice Kamto : Dupond Moretti attaque le Cameroun à l’ONU

L’avocat français a saisi en fin de semaine dernière le groupe de travail de l’onu de genève, statuant sur les détentions arbitraires dans le but d’aboutir à la libération de Kamto et les siens.

0
232

Dupont Moretti l’avait si bien annoncé, c’est donc désormais devant l’Organisation des Nations Unies (ONU) que va se jouer la bataille judiciaire, dans l’affaire qui oppose le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) à l’Etat du Cameroun. Jeudi 04 avril dernier, l’avocat français a déposé une plainte, au nom « des opposants politiques camerounais victimes d’arrestation arbitraire, devant le Groupe de travail sur les détentions arbitraires des Nations unis à Genève. Dans le cadre du collectif de défense des trois principaux leaders de l’opposition camerounaise et de leurs partisans détenus depuis plus de deux mois dans les conditions arbitraires, le Cabinet Dupond-Moretti et Vey a saisi le Croupe de travail sur la détention arbitraire des Nations unis, à Genève sur leur situation », peut-on lire dans le communiqué rendu public par le cabinet de défense des leaders du MRC. Le même communiqué fait un rappel des faits ayant conduit à l’arrestation de Maurice Kamto et près de 150 militants de son parti, après les marches du 26 janvier dernier. Le cabinet Moretti rappelle que Maurice Kamto et les siens se trouvent en détention provisoire dans le cadre d’une instruction « ouverte près le tribunal militaire de Yaoundé, en violation de l’interdiction pour le tribunal militaire, de juger des civils, qui s’impose en droit camerounais ». Et demande, à l’instance technique onusienne, « au regard de l’inefficacité de tout recours interne et de l’opposition des autorités camerounaises à toute forme de dialogue… de constater les graves manquements à leurs droits les plus élémentaires et demandent leur libération immédiate », conclut-il.

Et pour confirmer ces allégations du Cabinet Moretti, depuis des semaines, les juges de la Cour d’appel, du Tribunal de Grande Instance du Mfoundi n’arrivent pas à se prononcer sur la plainte déposée en habeas corpus pour la libération immédiate des militants du MRC. De passage à Yaoundé en mars dernier, l’avocat français avait eu un entretien avec Maurice Kamto dans sa cellule de la prison centrale de Kondengui. Au cours de la conférence de presse qu’il avait donnée, il a dit la volonté du président du MRC, de vouloir discuter avec son rival Paul Biya et avait annoncé qu’il n’avait pas fait le déplacement pour le Cameroun, dans le but de saisir la justice Camerounaise, mais avec l’objectif de déporter l’affaire auprès des juridictions internationales.

Maintenant que l’affaire est portée devant les tribunaux internationaux, les autorités camerounaises vont-elles diligenter la procédure et rendre le verdict dans cette affaire ? Rien n’est sûr, mais quelle que soit l’attitude de Yaoundé, les militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, se réjouissent déjà de la démarche initiée par l’avocat français. D’aucuns pensent qu’il s’agit de la première carte jetée par les soutiens de Maurice Kamto à l’international.

Par Joseph Essama
Source : Défis actuels

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here