La société civile en croisade contre la masculinité

0
68

Des organisations partenaires de la Ligue internationale pour la Paix et la Liberté (Wilpf Cameroon) se sont réunies les 14 et 15 juin derniers à Yaoundé, à l’effet d’unir leurs forces autour de la problématique de la supériorité de l’homme sur la femme.


Engager les hommes et les garçons pour la construction de la paix au Cameroun». C’est le thème choisi par les experts de la Ligue Internationale pour la Paix et la Liberté (Wilpf Cameroon). Du 14 au 15 juin derniers, l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) a réuni plusieurs organisations de la société civile camerounaise, issues des régions les plus touchées par les crises sociopolitiques armées. Objectif de l’atelier : les outiller sur la notion de genre et les violences basées sur le genre, les causes, manifestations et conséquences de la masculinité, les bonnes pratiques pour la construction de la paix au Cameroun. Les organisateurs ayant constaté que «malgré diverses actions en vue de ramener la paix, les efforts des femmes camerounaises et acteurs divers, qui n’ont cessé de faire des propositions en vue d’une résolution pacifique des crises, n’apportent pas un changement tandis que parallèlement on note une croissance de la masculinisation de la force et de la violence». Et pourtant, «les garçons et hommes ont un rôle à jouer dans la promotion et la construction de la paix», souligne Sylvie Ndongmo, la présidente de Wilpf Cameroun. Son organisation la plus ancienne regroupant des femmes qui œuvrent en faveur de la paix dans le monde, espère comme résultat au terme de ce projet, « que les hommes et les femmes mettent ensemble leur pouvoir au service d’une paix durable, bénéfique à tous».

- Publicité -

Wilpf Cameroon mène en effet depuis juillet 2020, des recherches au niveau mondial, pour comprendre davantage les causes de la problématique de la supériorité de l’homme sur la femme (masculinité), des manifestations, ses implications, afin de proposer des stratégies pour y faire face et amener les hommes à utiliser leur pouvoir pour la paix. Dans ses travaux, Wilpf Cameroon a conclu que «l’une des causes profondes des conflits est associée à la masculinité et au patriarcat qui sont courants dans nos communautés et à l’origine des violences qui malheureusement se font au détriment des conditions de vie et du bien-être des hommes et des femmes». La section camerounaise de la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix situe l’origine des conflits en cours au Cameroun par « la prédominance sans cesse croissante du pouvoir masculin, une attitude qui au fil des temps a établi la force, la violence, y compris la violence armée, comme moyen d’expression des hommes». Expliquant ainsi le concept de «masculinité». Il s’agit selon Sylvie Ndongmo, d’«un ensemble d’attitudes, de comportements, de stéréotypes associés à la force, qui trouvent normal que l’homme fasse usage de la force dans les conflits sociaux, que la force devienne la raison d’être». D’autres études antérieures de Wilpf Cameroon en 2017 sur l’évaluation du niveau de connaissance de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies et de l’impact des conflits armés sur les femmes et les filles au Cameroun, laissaient déjà voir que « les femmes et les hommes sont tous détenteurs du pouvoir », mais « les hommes utilisent le leur pour promouvoir la violence et les injustices tandis que les femmes l’utilisent pour la promotion de la paix et la résolution des conflits». Sans toutefois dédouaner la femme qui ellemême participe souvent à construire ces stéréotypes. L’étude de Wilpf est réalisée dans le cadre d’un projet sur « L’analyse de la dimension genre dans les conflits au Cameroun ». L’atelier qui s’est achevé mardi a tournoi autour de plusieurs présentations. Notamment : quel soutien des hommes aux initiatives des femmes en faveur de la paix au Cameroun ; les stratégies de plaidoyer pour la paix ; les stratégies de mise en œuvre et avancées du projet « Engager les hommes et les garçons pour la construction de la paix » etc.

Par Jean Luc Fassi

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here