La Sosucam licencie 250 travailleurs

0
73

L’entreprise productrice de sucre évoque pour motif, l’insuffisance professionnelle des employés indexés, alors que le personnel dénonce un licenciement économique abusif.


Le Société sucrière du Cameroun (Sosucam) met 250 employés à la porte. Depuis le 8 juin dernier, c’est un quart du personnel permanent de cette entreprise qui se retrouve en chômage. Selon les informations que relaie le site d’information Investir au Cameroun, le personnel n’aurait appris la nouvelle que dans « la soirée du 7 juin. Le top management a convoqué les délégués du personnel pour leur annoncer que 250 employés seront remerciés parce que peu productifs ». De ce fait, les concernés devraient se présenter aux ressources humaines de l’entreprise le 9 juin pour un entretien, dont l’objet serait communiqué séance tenante, et devraient apporter avec eux carte nationale d’identité et badge d’identification.

- Publicité -

Une décision qui a du mal à passer côté personnel, aussi bien au niveau du motif du licenciement que de la procédure employée. Les syndicalistes de l’entreprise l’ont fait savoir dans un courrier adressé au ministre du Travail et de la sécurité sociale, renseigne la même source. «Depuis quelques rencontres statutaires mensuelles, l’employeur nous parle des conditions supposées relatives à la santé financière de l’entreprise; dont le point d’orgue a été la décision de licenciement de 250 (deux cent cinquante) employés permanents, avec prise d’effet le 8 juin 2021. Décision qui nous a été signifiée subrepticement le 7 juin 2021 aux environs de 16h. Tout ceci en violation tant du Code de travail en ses articles 158 à 164 relativement à la conciliation et à l’arbitrage tel qu’il sied en pareil cas, mais aussi en violation de la lettre circulaire n° 03/MTPS/SG/DT du 02 novembre 1993, réglementant le licenciement pour motif économique», décrit les représentants du personnel, cité par le journal.

En évoquant la situation financière de l’entreprise, les syndicalistes critiquent un ensemble de choix opérés par la Sosucam ces dernières années, et qui auraient eu pour conséquence une baisse de régime de l’entreprise qui produit plus de 70 % de la consommation locale de sucre. Il s’agit notamment « de la décision d’externaliser certaines activités à des coûts très élevés; la décision d’investissements lourds, comme l’irrigation, susceptible d’être amortis sur plusieurs exercices ; la construction d’un dispositif «Bi-Pass» (dispositif de secours) dont l’efficacité n’est pas évidente; la vente à un prix dérisoire d’un stock de matériel lourd de travaux publics (lequel sera ensuite reloué à la Sosucam à des coûts énormes.),…», énumère le journal. Les syndicalistes ont par la même occasion demandé au ministre du travail et de la sécurité sociale « de bien vouloir enjoindre l’employeur de respecter de la loi, d’instruire qu’une enquête approfondie soit menée par vos (ses, ndlr) services compétents, de bien vouloir ordonner par la même occasion l’arrêt de cette démarche illégale de l’employeur». L’arbitrage du ministère reste donc attendre.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here