Maurice Ebanga : un photographe de sport au palmarès inédit

0
300
Le doyen des photo-reportres en action

Quand il doit faire une photo, Maurice Ebanga retient presque son souffle. A chaque fois. Pour le photographe de sport qu’il est, chaque prise de vue est un moment magique. « Tous les domaines de la photographie requièrent un niveau de concentration particulière, dit-il. Mais la photo de sport telle que je la conçois, est un cran au-dessus en terme d’exigences ». Parce qu’il faut « non seulement surveiller les actions de jeu, mais aussi les joueurs sur le terrain, le staff technique et les remplaçants sur le banc, les arbitres ainsi que le public », explique l’homme qui va fêter ses 55 ans le 7 octobre 2019. « Avec le temps j’ai appris une chose, et c’est un peu devenu mon leitmotiv : un moment de sport ne se reproduit jamais deux fois de la même façon. Alors il faut rester très concentré pour réussir à faire de belles photos ». Et c’est quoi une belle photo ? « C’est une photo qui fascine ceux qui la regardent, répond-il. Les spectateurs doivent pouvoir lire l’émotion de la personne photographiée. Et pour réussir une belle photo, il faut être concentré et trouver les bons angles. Parfois, il faut faire 50 photos pour en avoir une belle ». Toutes ces notions, Maurice Ebanga les enseigne aux plus jeunes, lors de certains séminaires.

Un palmarès hors pair

C’est que, de par son expérience, le natif de Yaoundé, région du Centre est de loin le photographe de sport le plus « capé » dans l’histoire du Cameroun. Son palmarès est hors pair. Tenez, depuis qu’il s’est lancé dans la photographie de sport en 1990, il a rarement manqué une compétition d’envergure. L’homme a couvert au total sept Coupes du monde, trois Jeux olympiques et deux Coupes des Confédérations. Actuellement au Caire en Egypte, Maurice Ebanga couvre la quinzième Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de son histoire. Ce dernier a connu plusieurs générations de joueurs de l’équipe nationale fanion de football. Au point de devenir le « chouchou » des Lions Indomptables actuels. « Certains joueurs de l’équipe nationale me considèrent aujourd’hui comme un père, d’autres comme leur grand-père, dit-il, le sourire au coin des lèvres. Ça fait longtemps que je les côtoie et Dieu sait que j’en ai vu passer des joueurs au sein de cette sélection ; que ce soit la génération de Roger Milla, celle des Patrick Mboma – Marc Vivien Foe, ou encore la génération Eto’o – Njitap – Kameni, jusqu’à celle qui est à cette CAN 2019. Ils m’ont tous respecté et ils continuent de le faire ; parce qu’au fil des années et des compétitions, nous sommes devenus une famille ».

Il existe pourtant de nombreux professionnels de la photographie dans le domaine du sport. Mais au Cameroun, Maurice Ebanga est un cas exceptionnel. Son entourage le décrit comme un « vrai passionné » de la photographie. Et cet amour pour la photo commence très tôt, dès le bas âge. A l’époque, celui que ses amis ont baptisé « Nyamoro » [Le grand-frère en langue Ewondo, Ndlr.] faisait des prises de vue de tout ou presque : les arbres, les oiseaux, les papillons, les monuments, les voitures etc. Avant d’en faire une activité rentable à l’âge de 12 ans, dès son entrée en classe de sixième au Lycée Général Leclerc de Yaoundé où il a notamment fait les bancs avec l’actuel président de la Fédération Camerounaise de Football (Fécafoot), Seidou Mbombo Njoya.

Devenu très vite indépendant grâce à la vente des photos, Maurice Ebanga va s’acheter un véhicule personnel quatre ans plus tard en classe de 3e. Lentement mais sûrement, le jeune passionné de photo va se frayer son bout de chemin au milieu de professionnels jusqu’à ce qu’il obtienne une bourse qui va lui permettre de se perfectionner à l’Ecole Supérieure de Journalisme (ESJ) de Lille en France en 1990. Date à laquelle celui qui est aujourd’hui marié et père de huit enfants, s’est résolument lancer dans la couverture médiatique des grandes compétitions continentales et internationales de football.

Par Arthur Wandji, envoyé spécial en Egypte

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here