mardi 19 septembre 2017
Connexion S'inscrire

Connexion

FLASH INFO

Fête du 20 mai : Mounouna Foutsou recadre les défilants du civil Spécial

Pour la dernière répétition sectorielle du défilé civil avec les établissements du primaire, secondaire et les extrascolaires, le ministre de la Jeunesse a sillonné les lieux de répétition pour s’assurer du respect du temps et de l’exécution des chants et mouvements d’ensemble.

Le temps imparti cette année au défilé civil lors de la fête nationale du 20 mai prochain a été réduit. Les établissements du primaire, du secondaire, de l’enseignement supérieur, normal, les extrascolaires et les partis politiques n’auront qu’une heure pour leur passage, contrairement aux années précédentes où ils pouvaient allés au-delà d’une heure 30 minutes. Pour s’assurer que ce timing sera respecté, le comité d’organisation de la fête du 20 mai en charge des manifestations civiles a effectué sa deuxième et dernière descente dans les sept arrondissements de la capitale politique le 9 mai dernier. Ce comité présidé par Mounouna Foutsou, ministre de la Jeunesse et de l’Education civique a coordonné dans ces arrondissements, le passage des défilants du primaire, du secondaire et des établissements  extrascolaires.

A l’esplanade de la sous-préfecture de Yaoundé VII, au stade malien à Anguissa, sur l’axe carrefour Tsinga-Fecafoot ou encore au stade Omnisports, les élèves marquaient le pas au rythme des chants patriotiques qu'ils exécutaient à gorge déployé. « En 1961, nous célébrons la réunification de notre pays », « merci au Président pour la paix…pour le plan triennal spécial jeunes », « bravo aux Lions Indomptables » sont quelques-uns des messages véhiculés par les cinq chants retenus et exécutés cette année par les défilants.

Après deux passages chronométrés par les encadreurs du défilé, une brève séance de débriefing était organisée avec le ministre de la Jeunesse. Mounouna Foutsou notait et corrigeait chaque passage, s’attardant sur l’exécution des mouvements d’ensemble, des chants patriotiques et le marquage des pas. Insistant sur l’harmonisation des mouvements ou encore l’exécution de façon distincte des chants retenus, le membre du gouvernement a également mis en garde les établissements contre tout retard surtout lors de la répétition générale qui se tiendra le 18 mai prochain au boulevard du 20 mai à Yaoundé.

Dans chaque arrondissement, le message adressé à l’endroit des encadreurs du défilé était le même. « Nous sommes venus nous assurer que les consignes données par la hiérarchie sont suivies sur le terrain, surtout nous voulons nous assurer que le temps imparti aux différents modules peut-être respecté » a-t-il signifié. Ce dernier a tout même relevé que des ajustements restaient à faire « au niveau du resserrement des modules, des alignements des élèves, et des mouvements d’ensemble », avant la grande parade du 20 mai prochain à Yaoundé.

LES DERNIERS ARTICLES

LES DERNIÈRES VIDÉOS

+ D'ARTICLES DE SOCIÉTÉ

0
Partages
0
Partages