Le doute gagne la conscience

Le séjour de Séidou Nchouwat Mbombo Njoya va-t-il s’arrêter ce 27 mars 2019 ? Rien ne le présage. Mais les signaux tendent vers le rouge pour l’exécutif élu le 16 décembre 2018. Au terme de l’audience du 11 mars dernier, le collège arbitral de la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) a mis en délibéré l’affaire qui oppose un collectif de clubs de football amateur du Cameroun à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Après avoir opposé une fin de non recevoir à la volonté de Me Sikati de retirer ses écritures versées au dossier, une fois qu’il a été déconstitué. Pour les juges de la CCA, au motif que « seuls les avocats peuvent être remplacés, mais les écritures restent valables une fois la procédure enclenchée », rapporte une source proche du dossier.

Me Claude Assira sur qui la Fécafoot a jeté son dévolu finalement pour défendre ses intérêts, a dû continuer la procédure telle qu’engagée par son prédécesseur. L’affaire a été mise en délibéré pour le 27 mars prochain. A cette date, le juge aura écrit la sentence. A défaut, un dernier renvoi est possible. Toujours est-il qu’à ce niveau de la procédure, les débats sont clos et on n’attend plus que le verdict. Il s’agit de la contestation de l’élection qui a conduit Seidou Mbombo Njoya à la tête de la Fécafoot. Des clubs membre de l’Acfac ont estimé que le processus était entaché d’irrégularités. Notamment l’adoption des textes qui n’aurait pas respecté les quotas requis. Les juges de la Cca ont le dernier mot ce jour.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here