Hydrocarbures : Gaz du Cameroun perd 18,69 millions en six mois

Cette perte s’explique, selon l’entreprise, par la suspension du contrat, encore en cours, de ses livraisons de gaz naturel au producteur d’électricité Eneo depuis janvier 2018.

0
362

Gaz du Cameroun, filiale camerounaise de Victoria Oil and Gaz, a annoncé vendredi dernier avoir perdu 3,3 millions de dollar, environ 18, 69 millions de francs CFA au cours du premier semestre 2018. Sur cette période, l’exploitant de gaz révèle une chute drastique de ses ventes totales de gaz passant ainsi de 2,345 milliards de pieds cubes en 2017 à 650 millions de pieds cubes. « Le non renouvellement du contrat de vente de gaz pour réseau d’électricité à fin décembre 2017 a eu un impact significatif sur les revenus et les résultats opérationnels générés par le Groupe au premier semestre de l’année 2018. Le premier semestre de l’année civile correspond à la saison sèche au Cameroun. Période, pendant laquelle les besoins en production d ‘électricité à partir de gaz sont les plus importants », peut-on lire dans le rapport d’activités de l’entreprise rendu public le 28 septembre dernier.

Selon l’exploitant, malgré les efforts déployés pour réduire les coûts dans tous les domaines et limiter les dépenses d’investissement aux seuls besoins de maintenir les activités existantes ou de connecter de nouveaux clients, les résultats et les flux de trésorerie liés à l’exploitation ont détérioré les actifs incorporels. Les actifs pétroliers et gaziers, qui comprennent les puits Logbaba et les actifs de pipeline, sont amortis sur la base de l’unité de production. L’augmentation de la production brute au cours de la période considérée s’est traduite par une charge d’amortissement par unité de production de 2,3 millions de dollars.

En signifiant au concessionnaire Eneo la nécessité de reprendre les achats de gaz naturel, étant donné que les unités hydroélectriques sont incapables, à elles seules, de répondre à la demande énergétique du Cameroun, Gaz du Cameroun a déclaré qu’il reste en contact avec ENEO et prévoit un retour à la consommation de gaz à court terme. « Nous restons convaincus qu’un accord avec Eneo sera trouvé à court terme », indique le document. Par ailleurs, l’augmentation des réserves du champ gazier de Logbaba, a permis à GDC d’entamer des négociations en vue des accords de fourniture de gaz à long terme et à fort volume avec des producteurs d’électricité et d’autres industries de Douala. Ce qui permettra à l’entreprise d’accroître sa production, ses ventes et sa rentabilité.

En outre, la GDC fait savoir qu’au 30 juin 2018, le Groupe avait une dette nette de 18,6 millions de dollars (13,1 millions de dollars au 31 décembre 2017). L’emprunt total s’élève à 21,8 millions de dollars, contre 24,5 millions de dollars au 31 décembre 2017. D’après l’entreprise, l’augmentation de la dette nette résulte du remboursement des créditeurs et du financement des activités opérationnelles.

Par Ghislaine Ngancha

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here