Eneo : 45 000 nouveaux branchements au premier semestre

A la fin du mois de juin 2019, les résultats de l’entreprise sont conformes aux prévisions, avec une forte hausse du nombre de clients actifs qui grimpe à 1 305 782.

0
94
Eneo réalise un chiffre d’affaires de 291,6 milliards en 2017

Lors de la célébration de la fête nationale du travail le 1er mai dernier, le directeur général d’Energy of Cameroon (Eneo), Joël Nana Kontchou, a invité ses collègues à s’impliquer davantage dans la mise en oeuvre d’une nouvelle organisation pour l’entreprise qu’il dirige, avec pour objectif de relever les principaux défis qui s’imposent, notamment : la sécurité des biens et des personnes ; l’éthique et la gouvernance ; l’efficacité opérationnelle ; la modernisation des activités de distribution et de vente d’énergie ; l’accès à l’électricité et la satisfaction de la clientèle. Deux mois plus tard, la batterie de réformes mises en place par le top management du concessionnaire du secteur de l’électricité au Cameroun permet à l’entreprise d’enchaîner les bons résultats. Notamment sur le plan de l’accès à l’électricité.

A fin juin 2019, l’entreprise enregistre 45 000 nouveaux branchements installés au total depuis le début de l’année, soit une augmentation de 14,28 %, tandis que le nombre de clients actifs est passé à 1 305 782, en croissance de 7,12 % en comparaison avec la même période en 2018. Selon les services de communication de l’entreprise, ces résultats sont en partie liés à l’amélioration des délais du règlement de service. Et dans ce domaine, la filiale camerounaise d’Actis Energy connait une hausse de 15,7 % sur le taux des branchements réalisés dans les délais. « La maitrise améliorée des délais de réalisation des branchements dans la majorité des régions s’explique par la disponibilité du matériel dans les magasins. Globalement, le délai moyen de réalisation d’un branchement passe de 10 à 3 jours », confirme un cadre de l’entreprise.

QUALITE DU SERVICE COMMERCIAL AMELIOREE

Les notes sont également bonnes en matière de qualité du service commercial. « Pour plus de proximité assure la même source, de célérité dans les réponses aux préoccupations, ainsi que le confort des clients, plus de 15 nouvelles agences commerciales et bases techniques ont été créées depuis 2014. Il y a quelques mois, celles de Banengo et Kena, à Bafoussam ont vu le jour ». Mais de grands défis persistent : la surfacturation et les anomalies de facturation. « Elles restent des points de mécontentement pour les clients. A cause notamment des taux et rythme de traitement des réclamations conséquentes qui restent en-deçà des attentes d’une clientèle de plus en plus exigeante », avoue-t-on à Eneo. Même si l’entreprise est encore loin du bout du tunnel, ses résultats à fin juin 2019 indiquent qu’il existe une meilleure disponibilité des factures, qui se traduit par une légère baisse du nombre de clients qui subissent le désagrément de ne pas en recevoir. D’ailleurs, rassure-ton, le déploiement en cours des compteurs prépayés est une réponse à ces problèmes.

SERVICE TECHNIQUE : BAISSE DES DELESTAGES

D’après la note des résultats d’Eneo à la fin du mois de juin 2019, « la couverture de la demande est totalement assurée » et « les délestages sont en baisse ». L’entreprise explique ces performances par « la bonne stabilité des groupes des centrales hydro de Songloulou et Edéa, et aux travaux de maintenance réalisés dans certaines centrales thermiques, etc. ». Conclusion : la durée et la fréquence des coupures ont baissé en zones urbaines. Illustration ? « Comparé à 2018, les interruptions dues aux câbles défectueux diminuent de 49 % à Douala et à Yaoundé. Le taux global de transformateurs brûlés a réduit de 27 %, ce qui traduit une baisse du nombre de localités sans électricité », se réjouit l’entreprise. Alors que, d’un autre côté, les performances en production sont ralenties par le rationnement suite à l’insuffisance de combustible dans certaines centrales thermiques ; les incidents enregistrés dans des centrales thermiques ; les travaux programmés dans les centrales de Songloulou, Ahala, Mape et Banyo. En zones rurales, les interruptions sont beaucoup plus fréquentes et durent plus longtemps à cause de la végétation, des câbles endommagés, la détérioration des poteaux, des dégâts et dommages divers. « Pour davantage rehausser la qualité de service rabaissée par les incidents dus à la végétation indique un cadre d’Eneo, les travaux de nettoyage au Bulldozer des corridors des lignes critiques vont se poursuivre à l’Ouest, dans la Sanaga- Océan et à Yaoundé ».

SECURITE : ENCORE DES MORTS

Au plan de la sécurité, des réformes sont engagées chaque année dans le but de réduire les cas d’incidents pouvant causer la mort sur le réseau électrique. « La stratégie de remplacement systématique des poteaux critiques a permis d’atténuer le nombre de décès et de blessés sur le réseau », indique l’entreprise. Ainsi donc, comparativement à la même période en 2018, le nombre de décès est resté à 4, alors que les blessés ont baissé de 57 %. « Nous avons conscience que ces résultats sont insuffisants, dit-on à Eneo. Notre mission est d’éclairer des vies, et non d’en détruire. Malheureusement, l’état du réseau et les activités non autorisées sur les équipements exposent les populations. Les actions permanentes de sécurisation du réseau et de sensibilisation du public vont certainement porter des fruits à moyen long termes ».

 Arthur Wandji (Défis Actuels)

 

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here