Revirement : Le MRC retrouve l’espace médiatique

0
303

« Le Mrc à décider de rompre le silence et revient sur l’espace public ». Par la voix de Me Emmanuel Simh, son 3ème vice-président, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a annoncé la fin de son autocensure. C’était au cours d’une conférence de presse donnée ce 24 février 2022 au siège du parti à Yaoundé. « Nous avons gardé le silence parce que nous estimons devant la gravité, l’inutilité et la violence de ses condamnations qu’il fallait faire un arrêt et garder silence », a-t-il rappelé. Au regard des « traitements dégradants infligés à ces citoyens juste à cause de leur engagement politique ». Me Emmanuel Simh a insisté notamment sur le choix du gouvernement de « jugés abusivement ces citoyens civils par les tribunaux militaires ».

- Publicité -

Il s’agit des victimes des manifestations du 22 septembre 2020, certes étouffées dans l’œuf par la soldatesque de Yaoundé, mais qui a arrêté des personnes parfois arbitrairement rencontrées sur leur chemin, et parfois à leurs domiciles même, puis embastillées. En tout, 127 personnes interpellées à travers le territoire. A ce jour, le MRC comptabilise trois personnes jugées en leur absence, 23 qui ont purgé leurs peines, et 121 personnes encore derrière les barreaux. Certains y passeront jusqu’à 7 ans, simplement pour avoir voulu marcher pour dénoncer les détournements de fonds publics dans le cadre des travaux de construction des infrastructures sportives et un Code électoral plus juste et offrant des conditions d’élections libres et transparentes. Le parti d’opposition les considère comme des « otages du régime » ; mieux, des « suppliciés ».

Une mobilisation annoncée

Au MRC, ces martyrs sont simplement des « prisonniers politique », a repris Emmanuel Simh. « Nous utilisons le terme prisonniers politique concernant nos amis politiques, non par surenchère ou par fantaisie, mais parce que c’est exactement ce qu’ils sont. Dans les décisions rendues tant par les tribunaux civils que militaires, on note que de bout en bout, il est question du parti politiques MRC et des actions menées dans le cadre de leur engagement politique », assure-t-il. En annonçant son retour sur la scène médiatique, le MRC appelle une nouvelle fois à la libération de ces « prisonniers politiques ». Une mobilisation du parti pour soutenir cette cause est annoncée dans les prochains jours.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here