Elections du 9 février 2020 : le satisfecit d’Atanga Nji

Le ministre de l’administration territoriale adressé le premier rapport de terrain au cours d’un point de presse donnée nuitamment.

0
898
Atanga nji fait le point de la situation sur le terrain

« Les élections municipales et législatives se sont tenues dans le calme et la transparence dans l’ensemble du territoire ». C’est le constat que dresse Paul Atanga Nji, cette nuit, quelques heures après la fermeture des bureaux de vote. Ainsi, « le mot d’ordre de boycott lancé par certains responsables de partis politiques, qui en réalité ont eu peur de participer aux élections, a été ignoré par l’immense majorité des Camerounais ». Y compris dans les régions anglophones où des séparatistes avaient menacés de mort les populations, si elles allaient voter. «S’agissant du Nord-ouest et du sud-ouest, les populations sont sorties massivement pour accomplir leur devoir civique dans toutes les circonscriptions administratives », selon le ministre de l’Administration territoriale. Prenant à témoin « les images diffusées dans les télévisions et les réseaux sociaux depuis ce matin, [qui] sont le témoignage le plus éloquent de l’engouement et de l’enthousiasme des populations du Nord-ouest et du sud-ouest ».

Toujours est-il que ; à l’observation, et selon des confrères qui ont couvert les élections dans ces deux régions, les populations n’ont pas écouté les menaces des sécessionnistes. Même si certaines informations et images tournées par des sécessionnistes, ont laissé croire que des électeurs ont été tués à coups de machettes. Mais il est certain que l’on a voté dans le Nord-ouest et le Sud-ouest. A la satisfaction du gouvernement qui malgré les assurances, redoutaient une amplification de ces menaces par des partis politiques comme le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) de Maurice Kamto et le Cameroon people’s party (Cpp) de Kah Walla qui ont appelé au boycott des élections.

L’homme est si sûr de la tenue régulière des élections, qu’il sait à l’avance que « les éventuelles réserves, du reste mineures, qui pourraient être soulevée par les partis politiques en compétition ne peuvent pas entacher la crédibilité du scrutin et la sincérité des résultats lorsqu’’ils seront proclamés par les instances compétentes ». En admettant que « seules ces instances ont le droit de publier les résultats des élections ». Lui qui sait d’office qu’il ne devrait pas y avoir de réserves ; ou que « d’éventuelles réserves » ne pourront pas entacher la crédibilité des résultats. En tout état de cause, Paul Atanga Nji invite les partis politiques et les électeurs à « attendre le verdict des urnes… seules les urnes parleront », a-t-il indiqué.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.