Dieudonné Happi face au piège des vieux démons

L’éternelle guerre du recommencement vient d’être relancée par des clubs amateurs.

0
295
J'ai franchi le verrou

Alors que le Comité de normalisation de la Fédération Camerounaise de Football (Fécafoot) s’apprête à engager le processus électoral, l’Association des Clubs Amateurs de Football du Cameroun (Acaf) vient de jeter un discrédit sur l’assemblée générale extraordinaire du 10 octobre 2018 ayant adopté les textes. Dénonçant des irrégularités qui ont, à leur gout émaillé les travaux tenus à Mbankomo. Entre autres la corruption des délégués, le vote à mains levées, la violation du principe des 2/3 pour valider un vote,… Des accusations balayées d’un revers de la main par le comité de normalisation. Me Happi Dieudonné défendant l’assemblée générale qu’il a organisée pour la première fois depuis un an, peut se vanter que « selon les habitués des assemblées générales de la Fécafoot, c’est la première fois que des travaux de l’assemblée générale se tiennent dans un climat aussi démocratique ».

Ce qu’a salué le général Djibrilla Hamidou, émissaire de la Fédération internationale de football association (Fifa) en quittant le Cameroun. « La Fifa m’a mandaté ici pour m’assurer qu’il y ait adoption des statuts et du Code électoral, dans les conditions réglementaires et statutaires. C’est ce qui a été fait », a assuré le Nigérien. Confiant avoir ouvert son cœur aux 64 délégués qui détenaient le sort du football camerounais ce jour. « J’ai pu m’adresser moi-même aux délégués et à l’assistance, pour attirer leur attention. Il faudra que les gens arrêtent de donner cette image de l’Afrique. Je fais partie de la Commission des associations nationales au niveau de la Fifa. Nous avons souvent honte : quand vous avez 20 cas qu’on gère là-bas, 15 viennent de l’Afrique et les cinq autres dans le reste du monde. Ce n’est pas une bonne image de l’Afrique. Il faut qu’on arrête ça», avait-il plaidé. Pour sa part, Me Happi, se réjouissant de la traversée de cette première barrière. « C’est le plus beau jour de mon séjour à la tête de la Fécafoot ; je suis très heureux que nous ayons pu faire ce pas ensemble », avait-il salué l’accompagnement des patrons suprêmes du football camerounais. Par la suite, le patron de la Fécafoot avait invité les acteurs du football national à « ouvrir une nouvelle page de l’histoire du football camerounais ». Garantissant la neutralité du Comité qu’il préside.

En face, Abdouraman Hamadou et l’Acfac qui sont à l’origine de l’invalidation des résultats de la Normalisation I, ont une oreille sourde. Après avoir annulé les 26 mois de transition de Joseph Owona et compagnie, les contestataires sont de retour contre la Normalisation II. «Beaucoup ont tendance à soutenir qu’en cas d’échec c’est le comité de normalisation qui aura échoué. Faux et archi faux car il s’agit d’une œuvre collective de tous les acteurs du football camerounais. La responsabilité est commune et partagée. Les querelles intestines, les croc-en-jambe, les tacles irréguliers, la tricherie, l’imagination fertile négative doivent être abandonnés au profit du fairplay et de la recherche d’une victoire commune et méritée », a-t-il mis en garde Dieudonné Happi.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here