Équipementier des Lions indomptables : vers un nouveau front judiciaire

La Fecafoot a rompu abusivement le contrat avec Le Coq sportif qui avait déjà pris des engagements pour de nouveaux équipements.

0
122
  • « L’heure des retrouvailles : Le Cameroun valide son ticket pour le Qatar ! 40 ans plus tard, les Lions indomptables et Le Coq Sportif se retrouvent pour aller briller ensemble aux yeux du monde. Bravo aux Lions, on est fiers de vous ! ». Ce message posté dès la qualification du Cameroun pour la Coupe du monde 2022 figure encore sur le site internet de Le Coq Sportif. Mais a perdu tout son sens. L’équipementier français a trop tôt chanté en se remémorant les débuts des Lions indomptables en Coupe du monde. Un peu plus de deux mois après le sacre des Lions indomptables à Blida, rouvrant ainsi les portes de la Cour des grands aux quintuples champions d’Afrique qui ont manqué le dernier rendez-vous en Russie, Samuel Eto’o, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), a coupé la joie à l’équipementier qui, du haut de son piédestal d’antan, avait accepté d’accompagner l’équipe nationale d’un pays qui cherchait encore ses repères sur la scène mondiale.
  • A un moment où certes, Le Coq français avait depuis perdu sa superbe, mais a tout de même accompagné un pays dont la renommée et la gloire avaient forcé l’accompagnement des plus grands équipementiers de l’heure. Mais un pays qui a perdu sa crédibilité sur la scène internationale, son football étant miné par des querelles intestines et la sélection nationale très souvent encline à s’illustrer dans des faits divers. Une situation qui a amené Puma à ne pas renouveler le contrat arrivé à expiration en 2018. Du moins, des sources indiquaient que l’équipementier allemand proposait de réviser de moitié son offre au Cameroun. Pour des questions d’image.
  • Marché juteux
  • Le Coq sportif qui lui-même ne comptait plus parmi les grands équipementiers, a ainsi accepté d’accompagner une sélection en panne d’image, avec le concours de Yannick Noah qui y tient des intérêts. Mais avec un défi de rêve : travailler à se relancer avec un pays qui sait donner un coup d’accélérateurs à des carrières de talents cachés. Il semble que la marque créée en 1882 a misé sur le bon pion. Le Cameroun retrouve progressivement son aura. Pour preuves, cette 3ème place à la CAN 2021 à domicile, et surtout cette qualification inespérée pour le Mondial qatari, en terre algérienne. C’est à ce moment où Le Coq Sportif s’apprête à récolter les lauriers de son « investissement », que la Fécafoot lui coupe l’appétit.« Le Coq Sportif est surpris et stupéfait par cette décision prise de façon unilatérale et brutale », peut-on lire dans un communiqué en circulation, non signé et attribué au désormais ex partenaire de la Fécafoot. Document qui n’existe ni sur le site internet, ni sur le compte facebook de l’équipementier.  Il est écrit dans ledit document que cette décision « intervient alors même que Le Coq Sportif a délivré tous ses engagements contractuels depuis plus de trois ans en accompagnant la Fécafoot », alors que le communiqué de la Fécafoot laisse croire le contraire. Annonçant travailler à trouver « dans les plus brefs délais un équipementier qui sera respectueux de ses engagements ». Des sources annoncent deux majors du domaine en course, dont Adidas. Le marché est gros et juteux. Le football camerounais étant en pleine restructuration et les crocs des Lions indomptables retrouvant leur grandeur d’antan.
  • C’est un nouveau procès que vient de créer le nouveau président de la Fécafoot, en raison de la nature de la rupture de la collaboration, c’est-à-dire abusive. Ce au moment où le partenaire déclare avoir pris de nouveaux engagements pour les compétions à venir. « A ce jour, la Fécafoot a validé ls maillots développés par Le Coq Sportif pour la Coupe du monde au Qatar», apprend-on de ce communiqué portant le logo de l’équipementier. Au cas où ce son authenticité serait avérée, la partie frustrée aurait engagé des actions en vue de trouver une solution de sortie de crise avec son ancien partenaire. A défaut d’un procès, la Fécafoot devrait payer pour les pertes enregistrées par Le Coq Sportif et les dommages y relatifs.
Facebook Comments Box
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here