Présidentielle 2025 : comment le Pcrn ménage sa monture

0
1166

Déterminé à accéder au pouvoir à la prochaine élection présidentielle, le parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale est d’ores et déjà au travail pour être prêt le jour dit.

- Publicité -

Le Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (Pcrn) a déjà mis le cap sur 2025, date de la prochaine élection présidentielle. Déterminé à accéder au pouvoir à la prochaine élection présidentielle, cette formation politique entend mettre toutes les chances de son coté pour remporter haut la main, cette élection. « Il n’y a pas de débat et pas de doute, je suis en politique pour être Président de la République », a affirmé Cabral Libii, il y’a quelques jours dans les réseaux sociaux. Et pour atteindre cet objectif, le leader du Pcrn a mis sur pied depuis quelques jours quelques mécanismes qui permettront à sa formation politique de mieux déblayer son chemin.

Restructuration du parti

Dans le cadre des pouvoirs qui lui sont dévolus, Cabral Libii procède depuis quelques jours à un vaste mouvement de structuration du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale. Ainsi le Pcrn aura désormais 8 vice-présidents. Tata Yaouba devient vice-présidente de l’organisation des femmes du Pcrn ; Matje François est nommé vice-président du Pcrn chargé du contrôle interne et externe ; Ousmane Malpetel occupe le poste de vice-président chargé des questions agroindustrielles ; Olivier Antibob est chargé du numérique et des activités génératrices de revenus ; Ebe Axel accède au poste de viceprésident chargé de la coopération et de l’intégration régionale et sous-régionale ; Patrick Owona devient vice-président chargé de l’imprégnations idéologique ; Alice Delphine Tang est nommée au poste de vice-présidente chargée des droits de l’Homme, du genre et des minorités. En plus des vice-présidents, Cabral Libii a nommé d’autres membres du comité directeur national et du bureau politique de son parti. Dans l’ensemble, les nouveaux promus seront comme le stipule l’article 53 du règlement intérieur du Pcrn, chargés d’assister le président national dans la conduite des affaires du parti, en dehors des réunions du comité directeur national. Ces affaires se résument à : l’orientation politique, économique, sociale, sportive et culturelle ; l’éducation et la formation des militants et la discipline du parti et le règlement des conflits. « Il était important pour nous de structurer solidement l’appareil avant de reprendre définitivement l’activité sur le terrain », commente Dydime Olinga, conseiller général et membre du Comité directeur national. Matip Jean Louis, militant du Pcrn pense lui aussi que la restructuration du Pcrn permettra à cette formation politique « qui protège et libère les énergies de mieux poursuivre son engagement afin d’atteindre ses objectifs ».

Stratégie

Cabral Libbi croit dur comme fer que l’alternance est possible en 2035. « La clé de l’alternance politique c’est l’implication réelle des citoyens, c’est la participation active de ceux qui la souhaitent. Chacun avec ses idées ou sous sa chapelle. Tout le reste est séduisant, mais secondaire. Inverser l’ordre c’est créditer la résignation », martèle-il. Pour lui, la stratégie est simple : « un maximum de citoyens s’inscrivent sur les listes électorales pour atteindre le quota de11 millions d’inscrits ; le jour du scrutin, son parti envoie les représentants dans les 25 000 bureaux de votes pour avoir tous les procès-verbaux signés par Elections Cameroons. Une fois cela fait, et si le Conseil Constitutionnel proclame les faux résultats, les procès-verbaux signés par Elecam dans les bureaux de votes et remis aux scrutateurs feront foi. Ces procès-verbaux seront utilisés pour dire non et le non s’appuiera sur une preuve fondée et recevable devant la loi, qui est au-dessus du Conseil constitutionnel ». Cabral Libii ajoute qu’avec les procès-verbaux obtenus dans les bureaux de votes, son parti va « donner un mobile à tout le pays de renverser cette dictature par une révolte populaire ». Car, selon lui, « la forfaiture ne sera plus voilée, mais visible à cause de la masse critique qui aura surveillée le vote ». Le Pcrn ne manque pas de se tenir prêt au cas où l’élection présidentielle sera anticipée.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here