mercredi, juillet 24, 2024
spot_img
AccueilNon classéPoissons avariés : Congelcam se défend

Poissons avariés : Congelcam se défend

Accusé de mettre sur le marché des poissons impropres à la consommation et sans certificat de conformité, l’importateur explique.

 Congélé du Cameroun (Congelcam) vient de faire une nouvelle sortie dans la suite du différend qui l’oppose à la Régie du Terminal à Conteneurs du Port de Douala. Cette fois, les responsables de l’entreprise  reviennent essentiellement sur les dernières informations relayées par la presse.  D’abord le point sur  les dernières données de l’inspection qui avait été ordonnée par les autorités.   Etant donné que les chiffres des parties  étaient différents, une consolidation a été faite il y a quelques jours, explique l’entreprise. Il en ressort que sur 625 conteneurs inspectés 356  sont impropres à la consommation et 270 de bonne qualité.

  Congelcam  part de ces chiffres pour se défendre des informations faisant état de ce qu’elle aurait mis sur le marché une partie des poissons jugés impropres à la consommation au lieu de les détruire comme cela est prévu.  « Certains journaux prétendent faussement qu’une Partie des conteneurs avariés tantôt 11 tantôt 9 auraient été enlevés par notre société et mis sur le marché. Il ressort clairement et de manière consensuelle que notre société a enlevé des locaux de la RTC après inspection 265 conteneurs jugés propres à la consommation sur les 270 ainsi déclarés. Les cinq autres étant encore dans l’enceinte de la RTC en attendant les relâches », déclare Flavien Kankeu, responsable de la Communication de l’entreprise. Il ajoute qu’après une intervention des douanes du Littoral, il s’est avéré qu’un des conteneurs litigieux  appartenait plutôt à une autre entreprise » poissonnerie Michou ». Un autre constituait « un doublon avec le statut de propre et impropre à la consommation. Deux se sont avérés de mauvaise qualité alors qu’ils sont sortis avec  le statut de propre à la consommation ».

Sur le défaut de certificat de conformité qui lui a été attribué, Congelcam  soutient que ses produits détiennent toujours tous les documents recommandés, des préalables à l’importation.

« Nous tenons à vous faire connaître que l’inspection avant embarquement de tous nos produits de fait toujours préalablement par la SGS en amont, laquelle délivre les attestations de conformité qui  en plus porte l’estampille  De l’Anor. Ensuite la sortie des mêmes marchandises au port de fait sur présentation du certificat de conformité délivré une fois de plus conjointement par ses et l’Anor ». Il en est également de même pour  plusieurs contrôles notamment sanitaire et environnemental que subissent toutes ses marchandises, affirme Flavien Kankeu face à la presse à Douala.

 Il faut dire que le différend qui oppose Congelcam à la RTC dure depuis plusieurs mois. Congelcam  avait accusé la RTC de « sabotage », dénonçant le non branchement de ses conteneurs en exigeant que l’inspection de tous les conteneurs soit faite avant leur enlèvement. Pour la Régie du Terminal à conteneurs de Douala, Congelcam  avait  dépassé les capacités d’accueil des conteneurs frigorifiques.  Ce qui rend difficile leur branchement. « La saturation volontaire des capacités du Terminal à Conteneurs entraine de fortes perturbations sur l’approvisionnement des autres produits réfrigérés. Elle s’est propagée également au  Port de Kribi dont la capacité de branchement s’est vue très vite dépassée et saturée. CONGELCAM en a fait un instrument de chantage pour obtenir de ses transporteurs maritimes des dégrèvements importants sur les charges de location contractuelle des conteneurs, sans se soucier de l’intérêt général et du service publique que rend le Terminal à Conteneurs », avait écrit la RTC dans un communiqué.

spot_img
LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN KIOSQUEspot_img

LES PLUS RECENTS