Cybercriminalité : un chant pour limiter les dérives

0
91

La chanson composée par Ateh Bazor, Annie Anzouer, Sanzy Viany et isnebo a été présentée au ministre des Postes et Télécommunications mardi dernier à Yaoundé.


«S top cyber crime ». Le titre choisi par le collectif d’artistes menés par Ateh Bazor est une invite aux populations camerounaises, notamment les jeunes, à œuvrer en vue de lutter contre la cybercriminalité dans notre pays. « Internet veut gâter mon pays oh. Diffuser des informations erronées peut détruire ton propre pays. Il est temps de changer ça, arrêter ça ». Tel est l’un couplet de la chanson composée par Ateh Bazor, Annie Anzouer, Sanzy Viany et Isnebo. Présenté à la ministre des Postes et Télécommunications mardi dernier, ce chef d’œuvre musical fait office de chanson officielle de la campagne nationale pour la promotion de la culture de la cybersécurité et la sensibilisation à l’utilisation responsable des réseaux sociaux. « Cette chanson a pour but de convaincre le public d’adhérer à cette cause, en révélant les réalités, en dénonçant des maux et en transmettant un message d’espoir. C’est pour cela que la chanson touche la sensibilité de ceux qui l’écoutent et les amène à une prise de conscience », a expliqué Minette Libom Li Likeng. A travers cette chanson, le collectif d’artiste espère toucher les cœurs du maximum de Camerounais possible afin de les sensibiliser sur les dangers liés à l’utilisation irresponsable des réseaux sociaux. Et les conséquence que peut avoir la cyber délinquance sur l’image de leur pays. « Chaque artiste a composé sa propre partie. Chacun a écrit ses paroles. On voulait un rythme qui puisse porter le message au plus profond de nos villages », a expliqué Ateh Bazor, chanteur et par ailleurs président du Conseil d’administration de la Sonacam (Société nationale camerounaise de l’art musical). C’est dire que la campagne lancée par la ministre des Postes et Télécommunications en août 2020 va connaître un nouveau tournant avec l’avènement de cet « hymne contre la cyber délinquance », dixit Minette Libom Li Likeng.

- Publicité -

L’activité placée sous le thème «Tous mobilisés pour la cybersécurité au Cameroun» a en effet pour objectif de mobiliser toutes les couches sociétales dans la lutte contre la cybercriminalité. Ainsi donc, il s’agit à travers cette campagne : d’éveiller l’attention des citoyens camerounais sur les menaces en provenance du cyberespace mondial et susciter leur adhésion dans la mise en place de mesures de cybersécurité ; d’attirer l’attention des décideurs et responsables des structures d’Etat ainsi que des entreprises, en vue d’une prise de conscience et de l’implémentations des protocoles de sécurité des réseaux ; de sensibiliser toutes les couches sociétales sur l’usage responsable des réseaux sociaux qui sont de plus en plus utilisés à des fins malveillantes. Tenez, selon la ministre, 3.388 cas d’usurpation d’identités ont été constatés en 2018. En 2019, l’on aurait dénombré 2.050 plaintes relatives à ces mêmes délits dont environ 5 milliards de francs CFA de perte financière, ainsi que près de 6 milliards de pertes relatives aux fraudes bancaires, et 11 617 vulnérabilités ont été détectés sur les sites web des administrations publiques.

Facebook Comments Box
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here