Don présidentiel : paix retrouvée entre serge Branco et Roger Milla

Les deux anciens Lions indomptables se sont parlé au sujet du don présidentiel.

0
479
Milla_Branco-La paix retrouvée

« Son excellence Roger Milla m’a félicité de mon geste de l’avoir appelé pour lui expliquer le fond de nos doléances…» Serge Branco Namekong ne cache pas son bonheur d’avoir pu échanger avec Roger Milla vendredi soir. Au sujet de la polémique née de la doléance faite par le médaillé d’or olympique à l’endroit du chef de l’Etat, au bénéfice des champions olympiques de Sydney. Dans l’interview qu’il a accordée au quotidien La Nouvelle Expression lundi dernier, l’homme décrit la misère qui ronge progressivement les héros de Sydney, en faisant le rapprochement avec leurs aînés du Mondial 1990. Invitant le chef de l’Etat à mettre en place un mécanisme de reconversion des sportifs de haut niveau. Mais c’est l’argument de la grandeur du sésame ramené de Sydney, brandi par Serge Branco, qui a retenu l’attention de Milla. «Nous, les champions olympiques, après discussions entre nous, voudrons que notre capitaine (Geremi Sorele Njitap) écrive au Chef de l’Etat, son excellence Paul Biya, pour une récompense à la hauteur de notre performance il y’a 20 ans car nous estimons avoir remporté le plus grand succès de l’histoire du football camerounais sur le plan mondial», rappelait le héros de Sydney, dans l’interview.

Une sortie de Roger Milla a mal accueillie. « Je ne me suis jamais comparé à Mbappé Leppé ni à Tokoto Jean-Pierre ni à quelqu’un d’autre. Je ne peux pas accepter que quelqu’un qui n’a même pas un …Il a joué au football où pour dire: «est-ce que Roger Milla a joué plus que nous ?» En plus il ne dit pas plus que tout le monde mais plus que moi. Lui qui ? Il sait ce que c’est que le football ?», s’est énervé le tueur du mythe Higuita, invité du Débrief sur la chaine Canal 2 international. « Nous avons toujours pris ce qu’on nous a donnés. Nous n’avons jamais revendiqué quoi que ce soit au sein de cette équipe nationale. Jamais depuis 1970 que je suis dans cette équipe nationale. Il y a des moments où nous avons effectué des déplacements avec seulement 500 francs dans les poches. Cela ne nous a pas empêchés d’aller faire le résultat», enfonçait-il. L’ambassadeur itinérant qui rappelle que les logements sont une promesse du chef de l’Etat.

Un point commun entre les deux adversaires d’hier. « Même s’il a encouragé notre doléance, il a en retour décrié la forme», rapporte Branco. « Nous avons longuement discuté et je lui ai expliqué tout le respect et la considération que nous les champions olympiques avons pour les grandes champions et idoles qu’ils ont été pour nous et jamais nous n’avons pensé à minimiser leur performance de 1990 ou mettre notre médaille au-dessus de leur quart de finale de Coupe du monde puisqu’il nous ont inspirés avec leurs performances incroyables inimaginables de 1990, à réaliser 10 ans après eux, ce qu’on a réussi à Sydney 2000 », explique-t-il. En tout cas, «il m’a donné beaucoup de conseils après m’avoir fait l’historique de leur vécu depuis les années 1970 dans la tanière », confie-t-il. «J’ai beaucoup appris de ses conseils», insiste celui qui souhaitait « éteindre la polémique du manque de respect qui commençait à prospérer dans les médias et sur la toile à ce sujet». Les deux gloires du football fument désormais le calumet de la paix et regardent dans la même direction : celle de la réflexion sur le devenir des anciens footballeurs.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.