Une physicienne camerounaise à la NASA

0
369

Dr. Babette Christelle Tchonang est la nouvelle recrue de la National Aeronautics and Space Administration.

- Publicité -

Originaire de l’Ouest Cameroun, le Dr Babette Christelle a obtenu sa licence en physique à l’Université de Dschang. Tour à tour, la jeune licenciée continuera son parcours à l’université de Yaoundé I, puis à l’université de Cotonou au Bénin où elle obtiendra son Master en Océanographie. Elle effectuera également un voyage en Allemagne durant lequel elle montera un projet indépendant puis en France où elle obtiendra son Phd et enfin aux États-Unis pour un autre projet postdoctoral à la NASA. C’est certainement ce riche parcours qui a attiré l’attention de la plus grande et la plus riche station aéronautique du monde.

Elle sera chargée d’étudier l’expansion de l’eau sur le sol de la planète terre à partir d’un satellite révolutionnaire. La jeune camerounaise participera aux efforts de la NASA dans la recherche des solutions sur les défis climatiques qui menacent de plus en plus la planète terre.

« En effet avec le réchauffement climatique par exemple, les eaux océaniques occupent dangereusement de l’espace sur le sol de la Terre. C’est la mesure de cette expansion des eaux sur la surface de la Terre que Babette contribuera à mesurer à l’aide du satellite révolutionnaire SWOT (qui pourra observer  jusqu’à la portée record de 15.000 km) que l’agence française a construit conjointement avec la NASA et les agences spatiales canadienne et britannique. Un projet sur lequel elle a travaillé en tant que thésarde au pôle français de l’agence spatiale européenne situé à Toulouse. C’est donc une suite du travail entamé en Occitanie française qu’elle devra entreprendre en Californie», raconte Jean Bonheur Résistant, sur le site actucameroun.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.