Mondial 90 : Les entraîneurs inconsolables

Des adjoints de Valeri Nepomniaschi continuent de réclamer leur part de logements.

0
1283
Des héros de 1990 oubliés

Alors que le ministère de l’habitat et du développement urbain (Minhdu) s’attèle à engager le processus devant aboutir à l’octroi des 22 logements présidentiels aux Lions indomptables ayant joué la Coupe du monde de football Italie 1990, les polémiques n’ont pas fini de se nourrir des développements nés de l’annonce faite la semaine dernière par le ministre des Sport et de l’éducation physique (Minsep). Avec parfois comme « victimes » et « mendiants » les entraîneurs qui ont été « oubliés » dans la promesse faite il y a trente ans par Paul Biya. « Il nous a semblé nécessaire et opportun de dire notre vérité sur les primes et logements Sic relatifs à notre participation à la Coupe du monde». Dans une mise au point rendue publique ce vendredi, trois des adjoints de Valeri Nepomniaschi ont tenu à clarifier leur situation sur le sujet. Déjà, Jules Frédéric Nyongha, Jean Manga Onguene et Michel Kaham, les trois signataires de la mise au point, confirment avoir écrit au président Paul Biya pour réclamer leurs parts de logements. Contrairement au démenti fait par le dernier cité, joint par la rédaction de Défis actuels dans son édition du lundi dernier. Michel Kaham qui déclarait alors que « nous sommes des adultes ; pour nous, la page est tournée». Non sans regretter que les entraîneurs qui sont du maillon incontournable dans une équipe soient ignorés lors des récompenses de l’aventure « heureuse » qui avait conduit le Cameroun en quarts de finale de la Coupe du monde. Une grande première pour le continent africain, que Paul Biya, spectateur du premier exploit de cette épopée (la victoire camerounaise sur l’Argentine, 1-0, Ndlr), salua par la promesse de 22 logements. Avant d’oublier sa parole, pour ne la tenir que trente ans après.

- Publicité -

Clarifications sur les logements et les primes de 90

« Les joueurs ont initié récemment leur requête et ont eu gain de cause. A leur suite, nous entraîneurs de la Coupe du monde 90, avons aussi écrit à monsieur le président de la République par le truchement du ministre des Sports et de l’éducation physique », écrivent-ils. Mentionnant entre parenthèses « tout comme les joueurs ». Une allusion au stratagème utilisé par les joueurs pour pouvoir enfin obtenir la tenue de la promesse présidentielle vieille de trente ans. Narcisse Mouelle Kombi, le Minsep, a effectivement transmis le courrier à Paul Biya, assurent-ils. Les trois mécontents saisissent l’occasion pour faire la lumière sur certains pans de ce dossier. « Le secrétaire général de la présidence de la République demandera au Minuh (l’actuel Minhdu, Ndlr) de s’accorder avec le ministre des Sports pour lui communiquer la liste nominative des joueurs et encadreurs susceptibles de bénéficier du don en logement SIC du chef de l’Etat», apprend-on de la mise au point. En clair, tous les membres de la délégation n’étaient pas bénéficiaires des logements, et ils n’étaient pas destinés uniquement aux joueurs, selon les auteurs de la mise au point.

« Comme pour nos primes de la coupe du monde 90, nous faisons confiance à Son excellence monsieur le président de la République, qui comme à son habitude est équitable dan ses décisions », espèrent-ils. Informant officiellement l’opinion qu’une telle initiative en 2014, avait déjà permis aux adjoints camerounais de l’entraîneur soviétique de recevoir enfin leurs primes de la coupe du monde 90. Primes qu’ils avaient boudées pendant la compétition, faute d’accord avec le ministre Joseph Fofé de l’époque, qui les reversa au Trésor public. S’en suivront d’interminables discussions. « En 2014, le Chef de l’Etat donnera l’ordre de nous payer. Ce qui est fait immédiatement et en totalité», reconnaissent-ils. « Nous percevons le même montant que les joueurs et non le double comme prétendu par certains», précisent-ils. Sans certitude catégorique. « Tout dépendra en effet de la manière dont le dossier lui sera présenté». Quoiqu’il en soit, « nous sommes fiers et le resterons à jamais pour service rendu à la nation lors de cette campagne historique de notre équipe nationale à la Coupe du monde 90 en Italie».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here