Décrispation : Paul Biya libère 333 détenus de la crise anglophone

Le président de la République a pris cette décision ce 3 octobre 2019.

0
356
Mancho Bibixy sera-t-il libéré? Ph www.lebledparle.com

Fin de calvaire pour 333 détenus de la crise dite anglophone. Le président de la République a décidé de l’arrêt des poursuites judiciaires contre ces personnes poursuivis devant les tribunaux militaires dans le cadre de la crise qui secoue les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest depuis trois ans. Dans le communiqué y relatif et rendu public au cours du journal parlé de 17h du poste national de la Cameroon radio television (Crtv), Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général de la Présidence de la République explique que «cette décision procède de la volonté constante de permettre à ceux de nos jeunes compatriotes de ces deux régions, désireux de renoncer à la violence et de revenir dans le droit chemin, de pouvoir de nouveau participer à la grande œuvre de construction nationale ». Par ailleurs, Paul Biya « affirme sa détermination à poursuivre sans relâche les efforts dans la recherche des voies et moyens d’une résolution pacifique de la crise qui affecte ces régions de notre pays, en vue de la normalisation souhaitée par l’immense majorité du peuple camerounais », souligne le-t-il.

La décision arrive en plein Grand dialogue national décidé par le Chef de l’Etat, et marqué par le retour de plusieurs jeunes combattants « ambazoniens » à la vie normale, et présentés lors des travaux. Si Paul Biya revendique une initiative personnelle, il reste que plusieurs leaders sécessionnistes ont conditionné leur participation aux travaux du Dialogue à la libération des prisonniers de cette crise, et des prisonniers politiques. Paul Biya qui n’a pas accédé à ces conditions, a choisi son moment pour effectuer ce geste de décrispation.
« Cette décision sera mise en œuvre sans délai, à la diligence du ministre délégué à la présidence, chargé de la défense », indique le secrétaire général de la présidence de la République.

Rien n’est précis sur l’identité des bénéficiaires de cette mesure. Lors de la première décision similaire décidé en décembre 2018 et concernant 289 personnes, les leaders du mouvement avaient été ignorés. Entre autres Sisiku Ayuk Tabe, Mancho Bibixy, Cho Ayaba,… Mais la libération de Sisiku Ayuk Tabe était une des principales exigences des leaders sécessionnistes. “On ne peut pas aller s’asseoir à la table des négociations alors que celui-même qui s’est sacrifié pour nous est incarcéré“, justifiait un leader de la diaspora. Si ce dernier, et un certain nombre d’acteurs de premier plan détenus dans les géoles de Yaoundé, sont déjà condamnés pour le mouvement d’humeur qui a secoué la prison centrale de Yaoundé le 22 juillet dernier, ils sont encore sous le coup de poursuites dans le cadre de l’affaire qui les y a a conduits.

Sur le même sujet

Mimi Mefo libérée

Arrêt de poursuites contre 289 détenus de la crise dite anglophone

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here