Communication : que cachent les désaccords au sein du gouvernement ?

Alors que plusieurs ministres tiennent de plus en plus un discours d’apaisement, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, lui n’a pas baissé le ton.

0
533
Le Cameroon Business Forum s’ouvre ce lundi à Douala.

Les divergences de tempérament au sein du gouvernement Dion Ngute commencent à faire tache d’huile. Et au sein de l’opinion cela ne laisse personne indiffèrent. Au lendemain des émeutes qui ont secoué la prison centrale de Kondengui, des disparités sont apparues au sein du gouvernement. Dans sa sortie publiée un jour après les malheureux évènements de Kondengui, le ministre de la communication René Emmanuel Sadi a, d’un ton mesuré, fait savoir qu’« en dépit de leurs velléités insurrectionnelles, le gouvernement reste attentif  aux appels de ces compatriotes détenus et entend continuer à œuvrer pour ce qui est de sa responsabilité à une diligence des procédures en cours dans le strict respect de l’indépendance du pouvoir judiciaire.»  Au lendemain de cette communication gouvernementale, le ministre l’Administration territoriale Paul Atanga Nji, a organisé une réunion de sécurité le jeudi 25 juillet 2019, dans la ville de Yaoundé. Cette rencontre portait sur la mutinerie de Kondengui. Prenant la parole devant toutes les autorités administratives de la région du centre et, Paul Atanga Nji a sans le citer, accusé le MRC d’être à l’origine des émeutes qui ont secoué la prison centrale de Kondengui. « Il s’agissait des revendications fantaisistes d’un parti politique qui a pour sport favoris, la perturbation à l’ordre public », a-t-il déclaré.  Et d’un ton martial, il a indiqué qu’en « aucun cas, il ne doit y avoir un début de perturbation à l’ordre public dans la ville de Yaoundé » Pour lui, « le Cameroun sera le Waterloo, des fauteurs de troubles, des apprentis sorciers, et des prophètes de malheur » « On ne va pas admettre aux fauteurs de troubles de prendre la rue », a-t-il fermement martelé.

Ce n’est pas la première fois que Paul Atanga Nji prend le contre-pied de la communication d’un membre du gouvernement. On se souvient qu’au lendemain de la visite de travail du Premier ministre Joseph Dion Ngute, en mai dernier dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Le chef du gouvernement avait affirmé que dans le cadre de la résolution de la crise anglophone, « le gouvernement était prêt à discuter de tous les sujets sauf de la sécession ». Quelques jours plus tard, Paul Atanga Nji a dédit son supérieur hiérarchique. Il a à son tour annoncé sur les ondes de la télévision France 24 que le gouvernement, pour résoudre la crise sociopolitique dans le Nord-Ouest et Sud-Ouest, le gouvernement pourra aborder tous les sujets sauf ceux concernant la forme de l’Etat.

Au sein de l’opinion, cette divergence de point de vue est différemment interprétée. Si plusieurs partisans de « l’ordre républicain » saluent les « sorties musclées » du ministre de l’Administration territoriale, plusieurs commentateurs estiment que cette pluralité d’opinions au sein du gouvernement cache mal les dissensions qu’il y’a entre Joseph Dion Ngute et ses collaborateurs. « Ce qui signifie que le premier ministre n’a pas assez d’ascendant sur les membres de son gouvernement », écrit Paul Bemi sur sa page Facebook.  Pour d’autres, il ne s’agit pas des dissensions au sein du gouvernement « cela relève tout simplement du tempérament belliqueux de Paul Atanga Nji », qui pour Darryl Messi, est un « va-t’en guerre ».

Joseph Essama

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here