Budget d’investissement public : Le taux d’exécution physique en baisse au 1er semestre 2020

D’après les données officielles, on est passé de 42,27 % au premier semestre 2019 à 40,60 % au cours des six premiers mois de l’année en cours, à cause de la crise sanitaire.

0
856

Le Comité National de suivi de l’exécution physico-financière de l’investissement public s’est réuni à Yaoundé le 20 août dernier. Les résultats de l’exécution du Budget d’Investissement Public (BIP) au cours des six premiers mois de l’année en cours ont été communiqués par la présidente dudit Comité, Rosette Moutymbo Ayayi. Il ressort ainsi que le taux d’exécution physico-financière se situe à 40,60 %, une performance en baisse comparé aux 42,27 % enregistrés à la même période en 2019. Ce qui traduit une variation de 1,67 %. Il convient de souligner que le taux d’exécution physique était de 52,31 % en juin 2018. Mais depuis lors, la tendance est à la baisse malgré les mesures prises par le gouvernement pour inverser la tendance : « le gouvernement a pris sur lui d’améliorer un certain nombre de procédures au niveau de l’exécution physico financière du BIP », a indiqué Rosette Moutymbo Ayayi. Toutefois, a-t-elle nuancé, « il faut avouer l’exécution du budget d’investissement rencontre un certain nombre de difficultés, il s’agit essentiellement de la transmission tardive des dossiers d’Appel d’offres au niveau des services de passation des marchés, l’abandon de certains chantiers et du non-payement de certains décomptes qui font que les entreprises ne sont pas prêtes à soumissionner ». Interpellée sur la récurrence de ces problèmes dans l’exécution du BIP, la présidente du Comité de suivi de l’exécution physico- financière de l’investissement public a souligné que « le gouvernement met en œuvre certaines solutions pour résorber ces difficultés ».

Mais il ne faut pas perdre de vue, a-telle ajouté, « le fait que nous nous trouvons dans un contexte de crises multiples, notamment sécuritaire, sanitaire à travers le Covid-19 qui exigent d’orienter autrement l’exécution du budget ». Au niveau des régions par exemple, celle du Centre affiche une décote en passant de 19,62 % à 7,77 %, soit une variation de -11,88 %. La région de l’Est fait aussi partie des mauvaises élèves en matière d’exécution physique des projets, car elle est passée de 16,91 % à 10,13 %. La région du Nord quant à elle dégringole en passant de 21,27 % à 12,65 %. Cette baisse du taux d’exécution des projets s’observe également au niveau des projets relevant des financements extérieurs. Le taux d’engagement est désormais de 30,84 %, contre 45,75 % à la même période en 2019, soit une baisse de 14,90 points. Le taux de liquidation quant à lui est de 30,84 % contre 45,75 % au terme du premier semestre 2019, soit un recul de 14,90 points. Enfin le taux d’exécution physique est de 37,10 % contre 45,01 % à la même période en 2019, soit une baisse de 7,90 points.

Par Junior Matock

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.