Arbitrage : l’indomptable honneur camerounais

Le trio Alioum sidi, Evariste Mekouande et Elvis Guy Noupoué, a ouvert et clôturé la compétition.

0
236
Au milieu Alioum Sidi, à sa droite Evariste Mekouande et à sa gauche Elvis Noupoue

Le même trio arbitral qui avait officié lors du match d’ouverture a été reconduit pour la finale de cette 32e CAN 2019. Un trio camerounais constitué d’Alioum Sidi comme central, Evariste Mekouande et Elvis Guy Noupoué comme assistants. Du coup, le Cameroun a oublié l’élimination des Lions indomptables en 8èmes de finale. Le pays de Roger Milla a donc toujours été de la partie depuis le début et jusqu’à la boucle. Les mêmes qui ont ouvert ont refermé le spectacle. Fait rare à une époque où la concurrence est rude entre hommes en noir.

Les trois arbitres de la finale font partie des meilleurs camerounais. En témoigne leur régularité sur la scène internationale. Alioum Sidi, 36 ans seulement, est arbitre international depuis 2008. En 11 années au-delà des frontières nationales, l’homme ne cesse de gravir les marches de l’ascension. Le premier test grandeur nature est la Can U17 de 2011. Sa prestation le propulse à la Coupe du monde de la même catégorie la même année, puis la finale aller de la Ligue des champions africaine. Depuis, l’adjudant-chef de l’armée de l’air camerounaise longtemps rebaptisé Alioum Neant, n’a plus manqué un seul rendez-vous continental majeur. Depuis la Can 2012. Cinq éditions de CAN déjà.

Evariste Mekouande, lui, sort par la grande porte. Âgé bientôt de 45 ans (Né le 14 novembre 1974), en fin d’année), cet inspecteur de police est au soir de sa carrière. L’homme officiait pour la dernière fois à une CAN. Dans son palmarès, l’originaire de l’Est Cameroun promu international en 2003, a fait deux Coupes du monde seniors (2010 et 2014), quatre Coupes du monde des cadets, quatre Coupes du monde des juniors, cinq Coupes du monde des clubs champions, une Coupe des Confédérations, une Coupe du monde militaire (Brésil), les Jeux olympiques 2008, une Coupe des nations d’Asie (Malaisie), deux finales de la Champion’s league. Le retraite atteinte, Evariste Mekouande qui en était à sa 7ème CAN dont deux finales, sort par la grande porte et devrait faire valoir son talent et son expérience auprès de la CAF et de la Fifa comme instructeur.

Quant à Elvis Noupoue, il est le moins capé du groupe. Agé de 36 ans, l’homme a encore son petit chemin à faire. Le fonctionnaire du ministère des Marchés publics est pour autant sur la bonne voie. Lui qui était déjà le seul arbitre camerounais lors du Chan 2018, est rarement critiqué pour ses prestations.

La fausse note De la VAR

Si l’honneur est revenu à ce trio arbitral d’ouvrir et de fermer la CAN 2019, c’est que leurs prestations ont été des plus acceptables à ce tournoi. Alors que la sélection du Cameroun a été éliminée depuis les 8èmes de finale, les arbitres Vert-rouge-jaune sont restés indomptables de bout en bout. Mais certains fanatiques leur en veulent d’avoir « refusé » un penalty qui aurait pu changer le destin de la rencontre, sur une faute de main d’un défenseur algérien dans la surface de réparation. Après avoir sifflé le penalty sur le champ, Alioum Sidi se contredira après avoir consulté la Video assistance refreree (VAR). Alors que désormais, « la nature involontaire de la main dans la surface de réparation en position offensive disparaît. Une faute de main qui amène un but, soit directement ou indirectement, sera désormais sanctionnée», explique l’International football association board (Ifab) après les modifications apportées dans les lois du jeu récemment.
La décision du central camerounais de ne plus accorder de pénalty a choqué des extrémistes. Le même trio qui avait déjà échappé à la vindicte populaire en Ligue des champions en 2017, lorsque Sidi accorda deux penalties au Club africain de Tunis, finalement vainqueur d’Ismaïly (1-2) en 2ème journée de matchs de poule. Excepté cette fausse note sujette à polémique, Alioum Sidi quitte la scène par la grande porte.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here