Transhumance : Le chasseur de Lion définitivement dans la cage du lion

Jean Jacques Ekindi a annoncé son retour au sein du Rdpc, parti au pouvoir.

0
380

Jean Jacques Ekindi est de retour dans la maison du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Le coordonnateur général du Mouvement patriotique (Mp) a annoncé son retour au sein de son ancien parti au cours d’une conférence de presse donnée à son domicile ce 30 avril 2020 à Douala. Un choix que l’homme justifie par « l’échec de l’opposition » dans laquelle lui-même se trouvait depuis que l’ex patron départemental du Rdpc dans le département du Wouri a quitté le navire du pouvoir en 1991. Se faisant alors appeler Chasseur de lion, et donc chasseur de Paul Biya qui se fait appeler Homme lion. « Les décisions se prennent au sein du RDPC. L’opposition est tellement marginalisée qu’il ne s’y passe pratiquement rien en dehors de la polémique », a-t-il souligné chez nos confrères de Jeune Afrique.

Alors après avoir participé à l’échec de la traque du lion, le chasseur du félin pense « mieux faire passer sa voix » au sein d’un parti dont il dénonçait les dérives il y a trente ans. Et pense pouvoir réussir en interne ce qu’il a échoué à faire de l’extérieur : « il faut qu’au sein du pouvoir il y ait des débats qui nous permettent d’avancer, surtout quand l’opposition est réduite à une portion congrue », souhaite-t-il.

C’est une décision que le fils de Déido a prise seule, assure-t-il. Sans donc consulter ses militants (s’il y en a). Peut-être que Jean Jacques Ekindi ait désormais être seul dans le navire MP qu’il conduisait et qui ne résonnait plus que dans les oreilles de son capitaine. Lequel depuis sa sortie de l’Assemblée nationale où sa coalition avec l’Union démocratique du Cameroun (Udc) l’avait propulsé, semblait travailler à trouver une certaine stabilité.

A la faveur de la présidentielle 2018, Jean Jacques Ekindi avait appelé l’opposition à une candidature unique qu’il comptait accompagner. Mais aucun des opposants d’envergure n’avait suivi le chasseur de lion qui, au soir de la campagne électorale, avait rejoint le camp du lion. Fustigeant les intérêts égoïstes des opposants. Le Grand Dialogue national (GDN) avait offert une nouvelle tribune à Ekindi qui avait rejoint les rangs des participants. Avant de jeter l’éponge dès la première journée, sur fonds de contestation de la méthode et des orientations que prenait Joseph Dion Ngute. Deux jours après, l’homme était revenu à de meilleurs sentiments.
Ainsi, par deux fois, le chasseur de lion avait essayé de se rapprocher de sa proie. Et finalement, le prédateur s’est retrouvé dans la cage de la proie. Trente ans après. Sans avoir seulement pu blesser la proie.

Sur le même sujet:

Présidentielle 2018: Le Chasseur de Lion dans la cage du lion

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.