Serge Olama: le plus jeune candidat

Candidat au compte su Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale (Pcrn) à l’élection législative dans le département de la Mefou-et-Akono, il se présente en révolutionnaire.

0
1481

Costume noir, chemise rose, Serge Olama s’est bien mis jeudi dernier pour assister à une des dernières réunions de son parti avant le début de la campagne. En quelques minutes, il a su résumer les motivations qui l’ont poussé à vouloir devenir député de la nation. « Je n’ai pas d’autres motivations que d’être le porte-parole de mon peuple à l’Assemblée nationale où toutes les décisions se prennent », lance-t-il. Pour lui, « le peuple a besoin de changement. Celui-ci passe d’abord par une nouvelle façon de faire la politique, en étant plus proche du peuple et en instaurant une franche collaboration entre les élus et les populations ». Au contact des populations locales, depuis son entrée en politique, Serge Olama a su dénicher quelques problèmes qui maintiennent les populations locales et autochtones dans l’extrême pauvreté. C’est ainsi qu’il a écrit son projet de société en tenant d’abord compte des problèmes du monde rural. Comme idée première de ce projet, il entend proposer une « loi sur la gratuité du titre foncier en zone rurale, ce qui permettra aux populations locales de sortir de la pauvreté ». A côté de cette idée, il compte aussi porter à l’hémicycle deux autres lois. Une « qui protège la veuve et l’orphelin mineur », et l’autre sur « une codification du bail, avec la régulation des prix du loyer ». Serge Olama ne compte pas s’arrêter là. Il envisage en plus, de mettre « sur pied un centre social d’assistance juridique avec pour ambition de suivre dans les tribunaux les affaires qui concernent les populations démunies et vulnérables de la Mefou et Akono ». Selon lui, à cause du manque d’assistance juridique, les populations pauvres de ce département sont victimes des abus à la fois « des élites locales prédatrices et de l’administration corrompue ». Toujours sur le plan social, le plus jeune candidat aux prochaines élections législatives promet de construire « une maison de retraite pour’ les personnes ne disposant pas d’encadrement ». Une fois au parlement, le candidat du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale mènera plusieurs combats, notamment celui de la « révision du code électoral, avec en prélude, l’adoption d’un bulletin unique et la proclamation du résultat des élections par Elecam » ; il militera ensuite pour l’adoption d’un « code de la nationalité qui permettra à ce que les camerounais puisse jouir d’une autre nationalité » ; enfin, « la création d’un observatoire des compétences de la diaspora pour recruter les meilleurs profils ». S’il est élu au soir du 09 février prochain, Serge Olama promet de lutter de toutes ses forces pour obtenir un ministère pour la diaspora.
                                    Une tâche difficile
Malgré la ferveur de son ambition, le camarade de Cabral Libii ne se perd pas de vue. Il reconnait que la tâche ne sera pas facile pour lui. « Je sais ce qui m’attend, j’ai en face de moi un candidat qui jouit de la notoriété du parti au pouvoir. Je sais qu’il sera très difficile de le battre, mais j’ai des atouts qui vont militer en ma faveur », déclare-t-il. Parmi ces atouts, il met en avant sa jeunesse et la « lassitude des populations paupérisées par près de 40 ans de pouvoir ».
Ancien élève du collège Stoll d’Akono, il obtient en 2011, son baccalauréat à l’Institut Samba à Yaoundé. Il s’inscrit ensuite à l’université de Yaoundé II où il sort nanti d’un master II en science politique. Ses camarades du collège avouent qu’à l’école, ils voyaient déjà en lui un potentiel homme politique, par ses prises de positions et son leadership dans les activités parascolaires. Serge Olama lui-même confirme que sa passion pour la politique s’est ravivée au collège et dans les mouvements associatifs, notamment le mouvement 11 millions de citoyens. Tout au long de son périple, il a fréquenté plusieurs personnalités politiques : Charles Ateba Eyene, Christophe Mienzock et s’est désolidarisé d’eux le jour où Cabral Libii est arrivé en politique. A moins de 30ans, l’ambitieux et audacieux, Serge Olama compte principalement maximiser sa popularité auprès des jeunes pour devenir le plus jeune député du Cameroun au soir du 09 février.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.