Electricité : Eneo revient à son ancienne méthode de facturation

0
300

Eneo met un terme à sa méthode d’estimation de la consommation de ses clients. Le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun revient à son ancienne méthode. «L’entreprise rebascule sur la relève systématique dans les agences où l’estimation était expérimentée», a annoncé la Direction Générale dans une lettre adressée aux consommateurs le 12 juillet 2020. Autre changement annoncé en matière de relève, Eneo annonce qu’il va tester «la relève confiance (auto-relève)», qui consiste à faire relever l’index de la consommation par le client lui-même, qui le transmettra ensuite à l’entreprise par des canaux précis. Sur les factures de consommations mensuelles estimées, l’entreprise annonce la mise en place d’un dispositif spécial de prise en charge accélérée des réclamations y relatives. Le consommateur, s’il en reçoit une, est prié d’envoyer à Eneo, sa requête avec une photo actualisée de son index. «Les réclamations seront traitées en 72 heures», précise le top management de l’entreprise. Et d’annoncer la mise en place imminente d’un Centre d’appel dédié aux problèmes de factures.

Telles sont en effet les premières mesures prises par le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun à l’issu d’un feuilleton qui a débuté au mois de mai dernier. Au cours de ce mois-là, l’entreprise en charge de la production et de la distribution de l’électricité dans le pays, a décidé de changer de méthode d’évaluation des consommations des clients. La nouvelle méthode, qui a fait l’objet d’une phase pilote en 2019, avant d’être étendue à 30 % de ses clients des villes de Yaoundé et Douala à partir de cette période, consistait à ne plus relever les index des compteurs chaque mois, mais à une fréquence d’une fois tous les deux ou trois mois. «Cette méthode pouvait donner une impression de surfacturation ou de sous-facturation, selon que l’estimation est minorée ou majorée. Quand on prend le compte d’un client sur plusieurs mois de relève, l’estimation faite du nombre total de kilowatts par heure facturés correspond au nombre total de ce qu’il a consommé. Seulement, il y a eu des factures plus grosses que d’habitude et que les consommateurs dénoncent, soit des factures plus maigres et pour lesquelles les consommateurs concernés restent muets», renseigne sous cape, un employé de l’entreprise. Une expérimentation manquée qui a tout de suite provoqué le courroux de plusieurs consommateurs qui n’ont pas hésité de charger Eneo dans les médias les réseaux sociaux. Au point d’attirer l’attention de l’Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité (Arsel) qui, dans une lettre datée du 11 juin 2020, somme Eneo de suspendre «l’opération d’estimation des index des compteurs électriques». Selon l’Arsel, cette méthode n’avait rein de vraiment légale, puisqu’étant «une violation des dispositions» réglementaires en matière de tarification des consommations d’électricité au Cameroun.

Le 1er juillet 2020, c’est le ministre de l’Eau et de l’Energie qui est monté au créneau. Dans une correspondance adressée au directeur général d’Eneo, Gaston Eloundou Essomba, qui redoute des «troubles à l’ordre public» suite au courroux des consommateurs, enjoint au distributeur de l’électricité de «suspendre sans délai la procédure d’estimation de la facturation» des clients. Par ailleurs, le ministre exige de l’entreprise de production et de distribution de l’électricité le paiement de pénalités aux clients, au cas où leurs réclamations ne seraient pas traitées dans les délais.

Par Arthur Wandji

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.