Elections régionales : Les inquiétudes de Cabral Libii

Alors que l’élection des Conseillers régionaux est de plus en plus annoncée, le leader du Parti Camerounais pour La réconciliation Nationale, estime, que les règles qui doivent conduire à la désignation des représentants du commandement traditionnel ne sont pas claires.

0
557

A la lecture de l’actualité politique de ces derniers jours, les élections régionales pourront se tenir dans les prochaines semaines. Seulement des zones d’ombre existent planent encore quant aux statistiques exactes et aux règles qui doivent conduire à la désignation des représentants du commandement traditionnel. « La circonscription des élections régionales est le Département. Mais à ce jour nous ne pouvons pas dire combien de délégués de départements comptera chaque Département », s’inquiète le leader du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale, dans une tribune publié il y’a quelques jours sur son compte Facebook officiel.

Selon Cabral Libii, « la loi du 25 avril 2019 (art 5-3) nous enseigne que chaque conseil régional est constitué d’au moins un délégué de chaque arrondissement. Ainsi dans chaque département, chaque arrondissement aura obligatoirement au moins 1 conseiller. Quand on a lu tout ça, on comprend vite qu’on aura au moins 360 Conseillers régionaux, chiffre qui correspond au nombre d’arrondissements. » Pour l’ancien candidat à la présidentielle, cette répartition est « est juste le plancher ». Mais « Quel est le plafond que chaque parti politique doit se fixer pour constituer sa liste de délégués départementaux? Car on doit avoir au total 700 Délégués départementaux. Si on soustrait 360 à 700, il reste 340 sièges de Conseillers régionaux à repartir. Qui doit le faire? La réponse est donnée par la loi du 25 avril 2019 (art 6): C’est le Président de la République. D’ailleurs c’est le même décret qui doit repartir les 200 représentants du Commandement traditionnel par Département. Quand on sait que ce “Commandement” est lui même structuré en 1er, 2eme et 3eme degré (texte de 1977), on attend de voir le dosage par degré et par arrondissement », soutient-il. En l’absence d’une loi, Cabral Libii espère que le décret qui doit repartir les 340 sièges des Conseillers régionaux restants sera signé avant la convocation du corps électoral. En plus de repartir les 340 places, ce décret devra aussi dire, selon le député du Pcrn, « comment le commandement va tenir son vote à lui qui ne concerne pas les conseillers municipaux. Elecam va procéder comment? Le Commandement traditionnel n’ayant pas de partis politiques (en principe), son élection sera un scrutin de liste ou uninominal? Leur processus électoral est une loi ou un décret? Ils battront campagne comment? En cas de fraude entre chefs traditionnels vont-ils vraiment suivre le code électoral qui renvoit leur contentieux à celui des Conseillers municipaux ou alors ça va se régler “rationnellement”? »

Le dévoilement des contours du commandement traditionnel

Cabral Libbi n’est pas optimiste, quant à la sincérité des élections qui s’annoncent. Pour lui, « a bien y regarder, le principal attrait des Régionales annoncées, ce ne sont ni ceux qui vont y participer ou pas, encore moins l’issue, mais le dévoilement des contours du commandement traditionnel ». Ainsi, il « invite nos dignitaires traditionnels à s’inscrire massivement sur les listes électorales ».

Une élection imminente

Depuis plusieurs semaines, des signes augurent que les élections régionales sont imminentes. Il y’a quelques semaines, les élites du département du Mfoundi ont réuni les autorités traditionnelles de cette localité. Question pour les natifs du Mfoundi de sensibiliser les 230 chefs traditionnels de 3e degré sur les enjeux des futures élections régionales. Le 02 juillet dernier, le Conseil électoral d’Elecam s’est réuni à Yaoundé dans le cadre de la deuxième session de l’année 2020. Au centre des débats de cette rencontre, les membres d’Eiecam ont échangé sur l’organisation future des élections régionales. Bien avant, le 13 juillet dernier, le président de la République avait signé un décret fixant les caractéristiques des insignes et autres attributs des conseillers municipaux et régionaux. Toutes choses qui laissent croire que la toute première élection régionale du Cameroun n’est plus loin.

Par Joseph Essama

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.