Crise : la section SDF Allemagne réclame la tête de Joshua Osih

La branche dirigée par Jean Robert Wanko qui revendique la démission du premier vice-président du parti.

0
143

La note sonne comme un aveu d’échec. Alors que les résultats de l’élection présidentielle du 7 octobre dernier demeurent attendus, le Social Democratic Front, jusque-là deuxième force politique du Cameroun a débuté son examen de conscience. Au point de laisser transparaitre un air de mea-culpa a priori prématuré qui s’accompagne par des appels à la démission du 1er vice-président du parti et candidat à ce scrutin, Joshua Osih. Et c’est la section allemande du parti de Ni John Fru Ndi qui est la première à réclamer ouvertement sa « tête ». Dans un communiqué signé en fin de semaine dernière, la branche dirigée par Jean Robert Wanko a fait quelques recommandations au Comité exécutif national (NEC) dont l’application vise à « préserver la crédibilité politique du parti, le grand héritage historique de ses nombreux militants et la mémoire des martyrs du 26 mai 1990 ».

Au nombre de ces recommandations, la tenue immédiate des consultations de la base dans le cadre d’une « Convention nationale en vue de matérialiser une véritable refondation et rénovation du parti ». Pour la section allemande du SDF, ces consultations devraient aboutir à la facilitation de la démission de Joshua Osih,de son poste de premier vice-président national du parti. Jean Robert Wanko et ses camarades basés en Allemagne souhaitent à cet effet voir le NEC « amener l’Honorable Joshua Osih à assumer toutes les conséquences politique et personnelle qui s’imposent en facilitant sa démission a poste de premier vice-président national et SDF », mais également « opérer une autopsie froide des causes endogènes et exogènes » de l’échec du parti.

Le SDF s’avoue vaincu (?)

Ainsi donc, la section allemande du SDF n’y croit plus. Même si le Conseil constitutionnel n’a toujours pas annoncé les résultats de la présidentielle. Peut-être s’appuie-t-elle sur les différents résultats qui ont cependant été relayés dès le soir du scrutin sur les réseaux sociaux tandis que le candidat du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) Maurice Kamto a revendiqué sa victoire à l‘élection ? Joint par courrier électronique, l’équipe de Jean Robert Wanko n’avait toujours pas réagi, au moment où nous mettions sous presse. Or, de son côté, Joshua Osih avait annoncé la création d’une application qui devrait permettre à ses partisans de compiler tous les résultats du scrutin. Le Comité exécutif national présidé par John Fru Ndi n’a pas officiellement réagi à ces voix dissonantes au sein du parti. Un mauvais score lors de cette présidentielle pourrait hypothéquer les chances du principal parti d’opposition lors des futures législatives et relancer les cartes du jeu politique national.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here