Cameroun-Union Européenne : 6,5 milliards pour accroître la compétitivité des entreprises

C’est le montant de l’enveloppe consacrée au nouveau Dispositif d'Appui à la Compétitivité du Cameroun (dacc).

0
202
6,5 milliards pour accroître la compétitivité des entreprises.

Le Programme d’Appui à la Compétitivité de l’économie camerounaise (Pacom) arrive à terme le 31 juillet prochain. Mais avant, l’Union Européenne et le Cameroun lui ont trouvé un successeur : le Dispositif d’Appui à la Compétitivité du Cameroun (Dacc). Bénéficiant d’une enveloppe de 10 millions d’euro, soit 6,5 milliards de francs CFA, c’est ce nouvel instrument qui va désormais contribuer à accroître la compétitivité des entreprises camerounaises. La signature de la convention de financement y relative a eu lieu le 25 juillet dernier à Yaoundé entre le Hans Peter Shadek, ambassadeur, chef de la mission de l’Union Européenne au Cameroun et Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (Minepat). S’inscrivant dans le cadre du Programme Indicatif National du 11ème Fonds Européen de Développement, le Dacc va s’étendre sur quatre ans dans les dix régions. L’objectif global de ce nouveau projet, a-t-on appris de la voix de Hans Peter Shadek, est : « d’améliorer la compétitivité du Cameroun par un renforcement des capacités de ses opérateurs économiques et par la promotion d’un environnement institutionnel plus propice aux affaires lui permettant ainsi de mieux tirer profit de la libéralisation des échanges y inclus celle découlant de la mise en œuvre des Accords de Partenariat Economique (APE), et de stimuler la croissance économique et la création d’emploi ».

En prenant la parole au cours de cette cérémonie, Alamine Ousmane Mey a fait savoir que le Dacc se décline en trois composantes : « l’appui aux entreprises, l’amélioration du climat des affaires, la normalisation et l’efficacité énergétique ». De manière précise a-t-il indiqué, la première composante consiste à « renforcer les capacités des entreprises et autres structures sélectionnées en matière d’organisation et de gestion, de production, de veille technologique et concurrentielle, de commercialisation, de démarchés collectives localisées, d’innovation, de recherche et d’obtention de financement. Il s’agira aussi d’améliorer l’offre de services d’appui aux entreprises, star-up, etc. Mais en plus faciliter l’accès au financement pour les entreprises ». Dans la composante amélioration du climat des affaires, il sera principalement question de « mieux renforcer le dialogue public-privé afin qu’il soit mieux structuré ». Quant à ce qui concerne la troisième composante, le Dacc a pour ambition « d’aider la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de la Normalisation pour la période (2018-2022) mais aussi sensibiliser le secteur productif sur l’efficacité énergétique afin de réduire les coûts énergétiques ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here