Finances: 1312,82 milliards de crédits accordés aux entreprises

D’après des données récemment rendues publiques par la Banque des Etats de l’Afrique Centrale, les Petites et Moyennes Entreprises ont moins bénéficié de ces financements octroyés par les banques.

0
147
1312,82 milliards de crédits accordés aux entreprises. Source Beac

La Banque des Etats de l’Afrique Centrale (Beac) vient d’ajouter une couche à l’idée selon laquelle les Petites et Moyennes Entreprises (PME) sont moins bien servies par les banques dans cinq des six pays que compte la sous-région, à l’exception du Cameroun. En effet, dans le troisième numéro du bulletin des statistiques des coûts et conditions de crédits de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale. Publication comptant pour le second semestre 2017, la Beac note que du 1er juillet au 31 décembre 2017, les nouveaux crédits accordés par les établissements de crédits des pays couverts, est de 1312,82 milliards de francs CFA. Et ce, explique Abbas Mahamat Tolli, « du fait de la mise en place progressive au Cameroun des procédures de collecte des données y relatives ». En effet, sur les 1312,82 milliards de francs CFA prêtés, 1 227,75 milliards de francs CFA sont des crédits décaissables. En d’autres termes, des crédits dont la mobilisation par le client n’est pas conditionnée par la réalisation d’un évènement aléatoire. Ainsi, comparé au premier semestre 2017, ces crédits représentent une augmentation de 3,6 %. L’évolution mensuelle des nouveaux crédits décaissables laisse apparaitre une hausse 343,6 milliards de francs CFA en octobre 2017. Autre constat révélé par le document de la Beac, les entités qui ont raflé les trois quart de ces crédits décaissables sont les grandes entreprises, soit 76,63 % du volume total octroyé. Elles sont suivies par les particuliers qui ont absorbé 10,72 % puis, enfin, les PME, 1,68 %. Autre fait qui ne saurait donner du sourire aux responsables des PME, l’enveloppe consacrée aux crédits à court terme, c’est-à-dire ceux dont la maturité est supérieure à cinq ans. On note ainsi qu’au au second semestre 2017, ils ont été essentiellement dédiés au financement des grandes entreprises qui ont absorbé 85,44 % de l’enveloppe. Quant aux crédits à moyen terme (crédit dont la maturité est comprise entre 02 et sept ans), 47,85 % de ceux-ci ont bénéficié aux particuliers contre 27,28 % pour les PME et 24,64 % pour les grandes entreprises. A l’analyse de ces données, force est de constater que les PME basées en Afrique centrale demeurent les parents pauvres aux guichets des banques. Ceci est d’autant plus inquiétant dans un contexte où, en ce qui concerne par exemple le cas du Cameroun, ces structures représentent 90 % du tissu économique national. Pire, contribuent désormais à 36 % du Produit Intérieur Brut (PIB). Or, dans les discours et autres stratégies officielles, tout est mis en œuvre pour permettre aux PME d’avoir un peu d’oxygène à travers les différentes facilités de financement. Il reste tout de même que l’impact de ces mesures demeure fortement attendu.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here