Les Lions indomptables : Comment Paul Biya a recruté Seedorf et Kluivert

En annonçant leur arrivée au Cameroun, le ministre des sports, Bidoung Mkpatt a dit exécuter les « très hautes instructions » de la présidence de la république.

0
1087
Premier acte fort. Dans le secteur universitaire

Fin de trêve sous fond de tergiversation à la tête des Lions indomptables. Clarence Seedorf et Patrick Kluivert remplacent Hugo Broos et Alexandre Bélinga. Après avoir invité la presse pour faire le point des travaux des chantiers d’infrastructures de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019, le ministre des Sports et de l’Education physique (Minsep) a lâché le morceau que nul n’attendait. Certes l’on pouvait percevoir des signes annonciateurs lorsque Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt a fermé la porte au nez de Sven-Göran Eriksson la semaine d’avant. Le Suédois, invité par la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) aux fins d’être auditionné à l’effet de prendre les rênes de l’encadrement technique de l’équipe nationale fanion de football du Cameroun, repartira trois jours après, sans accord. Sans aucune proposition concrète.

Dans les coulisses, l’on a appris que le désaccord entre le technicien et la partie camerounaise est né du salaire qu’il réclamait : pas moins de 50 millions de francs CFA, en plus du fait que le Cameroun devrait également payer l’adjoint qu’il aurait décidé de ramener dans ses valises. Et la Fécafoot qui pilote le dossier, a annoncé la poursuite du processus. A peine le départ de Sven-Göran annoncé, des sources crédibles parlaient déjà de l’arrivée de Clarence Seedorf et de Patrick Kluivert pour un entretien dans le département ministériel de Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt. Mais les deux stars du football mondial viendront plutôt signer leur contrat. Et alors que la presse et une certaine opinion se disent surprises de la rapidité avec laquelle le contact a été établi avec les deux légendes hollandaises, l’on apprenait alors que les échanges avec le Cameroun datent d’un peu plus longtemps. « Ils ont ouvert les négociations en Russie pendant la Coupe du monde », confirme un journaliste ayant couvert le Mondial 2018. A peine après avoir tenu des auditions à Paris, avec les candidats de la shortlist. Après le lapin posé par Philippe Troussier, les quatre autres se sont débinés tour à tour.

Le processus lancé depuis décembre 2017 durait déjà un peu trop, en prévision de ce que le contrat d’Hugo Broos n’allait pas être renouvelé en février. Mais la Fécafoot qui n’y a pas beaucoup associé le gouvernement, n’avançait pas assez. Jusqu’à l’arrivée d’Eriksson, pour que le gouvernement apprenne que « les négociations étaient en cours », et la signature du contrat imminente. Paul Biya qui s’est souvent invité sur ce terrain, a anticipé. Bidoung Mkpatt a dit agir sur « très hautes instructions ».

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here