Pêche illicite : ce que fait le Cameroun pour sortir du carton rouge

Suspension de toute immatriculation des navires de pêche, mise en place d’un groupe de travail… Depuis la sanction infligée  au Cameroun par l’Union Européenne en 2023,  les autorités  ont entrepris plusieurs démarches visant à corriger  cette situation pour laquelle l’image du pays a pris un coup.

 Aucune immatriculation de navire de pêche n’est actuellement autorisée au Cameroun. Les immatriculations ont été suspendues par les autorités jusqu’à nouvel ordre. C’est l’une des mesures prises par le gouvernement après le « carton rouge» attribué au Cameroun par la Commission européenne au mois de janvier 2023. Le pays avait été alors classé  comme « non-coopérant » dans la lutte contre la  pêche Illicite Non déclarée et Non Règlementée (INN).  Il était reproché aux autorités camerounaises d’avoir « continué à enregistrer des navires de pêche opérant en dehors de ses eaux sans que leurs activités ne fassent l’objet d’un quelconque suivi », selon le commissaire européen à la Pêche, Virginijus Sinkervicius.   

Le sous-directeur des pêches au Minepia avait expliqué  cette sanction l’année dernière.  Dr Joseph Yepka,  rappelait qu’en effet, « il y a des bateaux qui ont notre pavillon et qui pratiquent  la pêche en dehors de nos eaux dans les pays tiers et nous avons quelques difficultés à contrôler ces bateaux-là.  Or, ils sont dans notre pavillon et donc nous répondons d’eux. Donc  c’est cette faiblesse dans la capacité à  contrôler  ces bateaux en dehors de nos eaux qui est indexée. Donc ce n’est pas vraiment à proprement parler le fait que le Cameroun est un pays qui  pratique la pêche  INN ou qui prête le flanc. ».

 De sources officielles, pour améliorer le processus d’immatriculation, un protocole de collaboration est envisagé entre le Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales( Minepia) et le Ministère des Transports. Le document apprend-on, a déjà été rédigé et est en attente de signature. Ce protocole permettra d’avoir un cadre de concertation des deux institutions avant toute attribution de pavillon à un navire.  Car en réalité, l’immatriculation des bateaux est assurée par le ministère des Transports tandis que la Licence de pêche est délivrée par le Minepia. Or, on a souvent observé des bateaux immatriculés au Cameroun qui n’ont cependant pas d’autorisation.

L’autre résolution prise par le gouvernement est la mise sur pied d’un groupe de travail chargé  de formuler des mesures correctives pour sortir le Cameroun du carton rouge.  Des  sources officielles renseignent aussi  que la révision de la loi sur la pêche de 1994  a été  accélérée et  finalisée.  Il ne manque plus que le projet de loi soit soumis au parlement. 

Interview

Dr Elie BADAI, chef de la brigade de contrôle et de surveillance des activités de pêche, Minepia

 «  Nous avons 15  navires sanctionnés et 7 radiés en 2023 » 

Il revient sur  les faiblesses ayant conduit à l’attribution du carton rouge, les actions  en cours pour renforcer  la lutte contre la pêche INN au Cameroun et les voies pour lever le carton rouge.

Après un  avertissement en 2021, le Cameroun a reçu en 2023 un carton rouge de l’Union européenne pour avoir attribué des pavillons de complaisance à certains navires de pêche. Comment comprendre  cela ?  C’est vrai  en 2021, nous avons eu un carton  jaune de  l’Union européenne et suite à ce carton jaune nous avons collaboré avec l’union européenne pour voir quelles sont les orientations  pour que le Cameroun puisse sortir du carton jaune. Ces orientations nous ont amenés à définir 10 actions à mettre en œuvre. Mais jusqu’à fin 2022, nous n’avons pas pu achever ces actions. Par exemple la révision de la loi sur la pêche. Du coup, en début 2023, nous avons  reçus un autre carton de l’Union Européenne.  Et ce n’est pas que le gouvernement n’avait pas travaillé. Nous avons travaillé mais ce n’était pas suffisant.

Y a t-il des actions à mener aujourd’hui pour lever cette sanction de l’Union européenne ?

 L’union européenne a fixé des exigences en termes d’actions que le Cameroun doit  mener sur le terrain sur le plan juridique, sur le plan  des activités de la lutte contre la pêche INN que ce soit au niveau national et international.  La question principale ici c’est la question relative  à l’immatriculation des navires battant pavillon camerounais et qui ont pratiqué des activités INN.  Malheureusement, certains bateaux ont été immatriculés pendant la période du carton jaune. Ce qui a accéléré le processus d’attribution du carton rouge.  Nous avons avec le ministère  des  Transports mené un certain nombre de mesures pour radier certains de ces bateaux dont 7  navires radiés en 2023 du pavillon camerounais.

Quel bilan  d’actions contre la pêche INN en 2023 ?

Nous avons renforcé le suivi des navires battant pavillon camerounais hors de nos eaux et  avons reçu plusieurs notifications des pays comme des organisations qui nous ont permis d’interpeller 15 navires, de les notifier et de les sanctionner. 4 ont été sanctionnées et des orientations spécifiques par rapport à leurs activités ont été données notamment celle de prendre la licence au Cameroun, d’avoir des agréments au Cameroun et de respecter la réglementation en matière de pêche. Il y a d autres activités sur le plan local. Il y a eu des patrouilles au niveau  des plans d’eau. Il y a également eu des patrouilles  conjointes avec le ministère de la Défense.  Les activités menées ont permis  le contrôle de 29 chalutiers,  des sanctions ont été infligées à  15 navires et la saisie d’environ 85 tonnes de poissons immatures.

L’Union européenne avait aussi décrié  une défaillance  du système de surveillance  des eaux camerounaises. Qu’est ce qui pose problème?

 Nous avons plusieurs difficultés. Premièrement  sur le plan juridique, nos textes sont faibles. Les sanctions ne sont pas à la hauteur de ce qui se passe aujourd’hui.  Deuxièmement,  il y a des faiblesses en termes de moyens de déploiement notamment des vedettes de surveillance. Nos deux vedettes que nous avions au départ sont obsolètes. Nous sommes en cours de réhabilitation d’une vedette et en cours d’acquisition d’une nouvelle qui va permettre à ce que le déploiement sur la façade maritime soit plus concret. L’autre aspect, ce sont les équipements de surveillance satellitaires. Le Cameroun disposait d’un système de suivi contrôle et surveillance des activités via le VMS et l’AIS (Automatic Identification System ndlr). Mais ces équipements  ont été piratés et nous nous retrouvons pratiquement  à zéro. Cette année, grâce aux  activités  que nous avons menées, le ministre a bien voulu acquérir un nouveau système.  Nous pensons l’avoir d’ici la fin d’année,  et acquérir  des balises dans le nouveau système que nous avons  et réactualiser notre nouveau système VMS.

La surveillance nécessite beaucoup de moyens. Déplacer un bateau pour faire la surveillance nécessite par exemple beaucoup de carburant.  Avec le patrouilleur de l’armée ce n’est pas moins de 30 000  litres avant de faire la patrouille. Nous avons nos petites vedettes mais qui sont coûteuses  pour une administration comme la nôtre. S’il faut surveiller nos côtes de  manière quotidienne c’est très difficile. C’est pour cela qu’il faut joindre à ce système de surveillance  active , un système de surveillance passive qui fait qu’à partir des centres d’opération , de voir des navires  et d’interpeller tous ceux qui font des activités suspects. 

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.