Intrigues: Samuel Eto’o commet un Parricide

La Fécafoot a suspendu de cinq ans le président du centre ayant formé son président.

Par une décision rendue publique ce 12 juin 2024, la Commission d’homologation et de discipline de la Ligue régionale de football du Littoral, frappe le club Kadji sport academy (KSA) affilié au championnat régional du Littoral, d’une relégation de deux divisions, et suspend son président Gilbert Kadji de cinq ans d’activités liées au football. Il est reproché à ce club promu par le Centre de formation éponyme, d’avoir boycotté le championnat régional. La commission constatant un forfait général après trois matchs manqués, notamment les matchs des 5ème, 6ème et 7ème journées. Une décision curieuse car le rapport de la commission de discipline reconnait qu’il a manqué à KSA des licences en raison du fait que la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a refusé de les lui délivrer.

A peine 11 licences lui ont été délivrées sur les 54 sollicitées. Après quatre journées, le club a subi des blessures qui ne pouvaient plus permettre de jouer des matchs officiels, déjà que l’effectif réglementaire était le minimum nécessaire pour engager un match, sans possibilité de remplacements. Il s’avère que KSA se présentait aux matchs, avant de ne pas jouer, faute d’effectifs requis pour un match officiel.

Gilbert Kadji a de quoi crier au complot contre le projet initié par son père et qui a formé des dizaines de générations de jeunes footballeurs. D’autant plus que son club a réclamé des licences en vain depuis des lustres. Après quatre journées de championnat avec à peine onze licences, le club s’est résigné à poursuivre la partie. Da s une correspondance signée du 15 mai 2024, la KSA a saisi le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) pour dénoncer « des tracasseries envers la KSA». Dans cette correspondance, Gilbert Kadji informe Samuel Eto’o que depuis « plus de deux ans, nous ne cessons d’avoir des tracasseries venant de la Fédération camerounaise de football », citant entre autres « le refus d’émission de licences, le refus d’émissions de CNT et le refus d’émission de passeports des joueurs issus de la KSA ».

C’est un « crime » contre pas seulement la KSA, mais les plus de 300 pensionnaires de la KSA qui peuvent s’inspirer de la trentaine de Lions indomptables formés par la KSA dont Idriss Carlos Kameni, Nicolas Nkoulou, Stéphane Mbia, Benjamin Moukandjo, Eric Djemba Djemba, Jean II Makoun. Pire, par cette « cabale », la Fécafoot tue le rêve d’une multitude de jeunes qui aspiraient à une carrière à la Samuel Eto’o. Le président de la Fécafoot est lui-même un fruit de la KSA. Et du vivant du fondateur de la KSA, Joseph Kadji Defosso, celui qui a eu une carrière florissante, n’avait cessé de glorifier ce centre qui lui a donné les rudiments nécessaires pour dompter le monde. Considérant l’homme d’affaires de regretée mémoire comme son « père ». Pour se déchaîner aujourd’hui contre son « frère » qui a repris les rênes du centre qui l’a formé et qui justifie la relation poussée aujourd’hui entre Samuel Eto’o et Michel Kaham.

Séidou Mbombo Njoya

Et pourtant Gilbert Kadji a été de l’équipe qui a porté Samuel Eto’o à la tête de la Fécafoot. Le milliardaire avait d’ailleurs été annoncé à la tête du Comité de normalisation après l’annulation de l’élection de Tombi à Roko ; avant que Me Dieudonné Happi ne finisse par être l’homme de la situation. Des sources introduites avaient parlé de Samuel Eto’o à la manœuvre. Le footballeur qui venait de mettre un terme à sa carrière, était très proche d’Ahmad Ahmad, ancien président de la Confédération africaine de football (CAF), et avaient réussi à manœuvrer pour que les siens soient placés à la tête de cet exécutif intérimaire.

Mais les relations se sont vite détériorées entre Samuel Eto’o et Séidou Mbombo Njoya que l’homme avait déjà aidé à se faire élire contre Joseph Antoine Bell. Et dans la foulée, plusieurs personnes restées proches de Séidou Mbombo Njoya.

Gilbert Kadji a décidé de faire appel de cette décision qui le met hors des rangs pour une éventuelle course pour un quelconque poste électif au sein de l’administration du football au Cameroun. On sait que Samuel Eto’o fait l’objet de plusieurs contentieux dont l’issue est susceptible de l’évincer de la présidence de la Fécafoot.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.