Rdpc/bureaux des régions : la bataille des candidats

Alors que le Comité central du parti prépare laborieusement l’investiture des futurs présidents des neuf régions conquises, certains militants n’hésitent pas à déjà déclarer leurs candidatures.

0
909

« On est jamais si bien trahis que par les siens». Nul n’ignore la maxime au sein du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc). Quelques jours seulement après la proclamation des résultats des premières élections régionales de l’histoire du pays, les tractations ont déjà commencé au sein des Conseils régionaux. Alors que le Comité central s’emploie – comme d’habitude – à préparer l’investiture des futurs présidents des Bureaux des neuf régions acquises au parti du «Flambeau ardent», certains militants sont sortis du bois pour annoncer leurs candidatures.

Est : 4 candidats émergent

Dans la région de l’Est par exemple, le Rdpc a en effet raflé tous les 70 sièges de conseillers régionaux en jeu. Et pourtant, quatre candidatures ont déjà été déclarées pour le grand fauteuil du tout premier président de la région du soleil levant. Parmi les postulants, deux se sont officiellement dévoilés. Il s’agit de Françoise Ndanga, épouse Angouing. Et Blaise Moussa. L’actuel Directeur des Affaires Générales (DAG) du ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, dont la liste a été plébiscitée dans le département du Lom et Djerem, où le Rdpc a battu à plate couture l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès (Undp) semble même être déjà en campagne. «Nous entendons faire en sorte que nos problèmes soient traduits en projets et en programmes bancables, suffisamment structurés et à même d’être financés à partir de ressources vertueuses », a-t-il déclaré au micro du Poste National de la Crtv. Outre ce chassé-croisé, des manœuvres ont cours en coulisses entre certains cadres du parti selon que ceux-ci soutiennent un candidat ou non. Preuve que la discipline du parti sera mise à l’épreuve, certains militants font fuiter les noms de potentiels candidats, au grand dam du Comité central. On parle par exemple d’Huguette Claire Akamba, la directrice de l’Hôpital Régional de Bertoua (Est) ; Alphonse Wouamane Mbelé, l’ancien délégué du gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Bertoua ; Daniel Ngoa Nguelé, ex-directeur de l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (Injs) ; et Anne Marthe Mvoto, ancienne journaliste en service à la Cameroon Radio Television (Crtv).

Ouest : des Alliances en vue contre Siaka ?

Il n’est pas le seul mastodonte politique de la région de l’Ouest à lorgner le siège de président du Conseil régional. Et pourtant, selon certaines sources avisées, il serait le choix numéro un du Comité central du Rdpc. Non seulement à cause de son parcours professionnel riche dans le monde des affaires, mais beaucoup plus pour ses fréquentations avec des hommes forts du sérail. Tenez, on lui prête des «affinités» avec Jean Nkueté, le secrétaire général du parti au pouvoir et surtout une relation assez poussée avec Edouard Akame Mfoumou, ancien ministre de l’Economie et des Finances (de 1996 à 2001), proche du chef de l’Etat Paul Biya. André Siaka aurait aussi le soutien de l’actuel ministre des Travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi. Mais est-ce suffisant pour décourager toutes velléités de candidature au poste de président du Conseil de la région de l’Ouest ? Non, rétorque un cadre du parti, basé à Yaoundé. Certains riches hommes d’affaires de la région de l’Ouest auraient entamé des réunions secrètes dans l’optique de contrecarrer les plans de la hiérarchie du parti. Des noms circulent ça et là. On parle notamment de l’ancien député Lucien Wantou Siantou, de l’ex-maire de Bafoussam I Hilaire Foka Foka, ou encore Bernard Fongang une autre grande figure du Rdpc dans le département des Hauts-Plateaux. «Dans un contexte où on soupçonne un groupe d’avoir pris en otage le parti, les militants ont compris qu’il vaut mieux s’organiser pour ne pas subir des années de dictature supplémentaires. Les gens n’ont plus peur des sanctions. Du moment où l’on atteint son objectif», explique notre source.

Centre : des réunions pour combattre Tsimi Evouna

Longtemps annoncé comme le grand favori au poste de président du Bureau du Conseil régional du Centre, l’étau semble se resserrer autour de Gilbert Tsimi Evouna. Selon certaines indiscrétions, des Conseillers régionaux, membres du même parti, multiplieraient des concertations à l’effet de barrer la voie à l’ancien délégué du gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé. «Les adversaires de Tsimi Evouna sont dans la maison, lâche un militant proche du trésorier du Rdpc. Beaucoup estiment en effet qu’il a déjà occupé un poste important dans l’administration, et qu’il est bon de donner la chance à d’autres».

Troisième personnalité du Rdpc, Gilbert Tsimi Evouna est pourtant un membre influent de l’instance dirigeante du parti au pouvoir. En sa qualité de trésorier du parti, il est de ceux qui investissent en dernier ressort les candidats du Rdpc. S’il est allé à ces élections régionales, ce n’est certainement pas pour se contenter d’un poste secondaire au sein du Conseil régional. Il ne faut pas croire qu’il devrait se résigner face à l’adversité qui arrive.

Par Jean Luc Fassi

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.