Nkongho Félix Agbor: Pourquoi j’ai décliné la nomination de John Fru Ndi

L'universitaire et militant des droits de l'homme que le Chairman présente comme "demandeur" d'une place au sein du parti, s'éloigne de cette thèse, et justifie son refus par des priorités.

0
57


Objet : Ma nomination en tant que membre du cabinet fantôme du SDF

- Publicité -


Cher Monsieur,
Merci de m’avoir réservé pour un poste dans le Shadow cabinet de votre parti. Je me sens très honoré. J’ai appris cette nomination à mon arrivée au Cameroun en provenance des États-Unis d’Amérique où je viens de recevoir le prix Robert F. Kennedy des droits de l’homme. Quand je suis arrivé au Cameroun, j’étais préoccupé par l’élection du Conseil de l’Ordre et je n’ai pas pu vous rencontrer malgré de nombreuses tentatives par l’intermédiaire d’un tiers.


J’ai cependant le regret de vous informer que je ne suis pas en mesure d’accepter cette nomination. L’histoire politique du Cameroun ne peut s’écrire sans une place particulière pour vous-même, votre parti le Sdf et ses héros et héroïnes méconnus. Même les améliorations mineures de notre pratique démocratique en difficulté au cours des trois dernières décennies sont largement attribuables au dynamisme et au leadership du Sdf. Merci pour votre engagement.


Monsieur le président, les temps ont bien changé depuis les années 1990. Les nouveaux défis auxquels nos populations sont confrontées exigent de nouvelles solutions et de nouvelles approches. Lorsque des enseignants se sont joints à des avocats d’origine anglophone pour protester contre le statu- quo, notre combat pour le respect des droits des Anglophones m’a conduit injustement en prison.


Depuis six ans maintenant, mon peuple, votre peuple, notre peuple subit chaque jour de graves violations de ses droits dans un conflit brutal que la politique partisane n’a pas réussi à éviter et s’est jusqu’à présent avéré incapable et peu disposé à résoudre. Ma priorité actuelle est de promouvoir et de défendre les droits humains de ces millions de victimes qui, injustement, sont écartées par la politique actuelle au Cameroun. Je me dois de rester objectif, impartial et pleinement engagé dans cette noble mission. Je décline donc respectueusement cette nomination. Ce pays, pour le moment, a besoin de dirigeants qui peuvent tendre la main à tous les Camerounais au-delà des chapelles des partis, pour travailler ensemble pour un avenir meilleur. C’est la voie que j’ai choisi de suivre. C’est une voie tracée par le sang de notre peuple.
Je saisis cette occasion pour vous appeler à continuer de faire entendre votre voix pour toutes les victimes de violations flagrantes des droits de l’homme au Cameroun.
Sincèrement,
Nkongho Félix Agbor (Balla)
NB: Traduction de Lindovi Ndjio

Facebook Comments Box
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here