Babadjou : La gendarmerie et la résidence du sous-préfet attaquées

L'incursion a eu lieu la nuit derrière, sans faire de morts.

0
731

Des informations font état d’une incursion d’hommes armés à la gendarmerie et au domicile du sous-préfet de Babadjou dans les Bamboutos la nuit derrière. L’attaque que des sources officielles attribuent à des combattants séparatistes au eu lieu aux environs de 01h du matin. Ces « terroristes ont été repoussés par les éléments qui avaient le renseignement prévisionnel de leur arrivée », apprend-on de sources officielles qui indiquent que « l’autorité locale n’a eu la vie sauve que grâce à ce renseignement de dernière minute. Ce qui a permis d’éviter un bilan fatal. Au demeurant, trois gendarmes ont été blessés dont un grièvement. Mais pas de quoi s’inquiéter pour son pronostic vital. Les Forces de défense ont cependant pu faire prisonniers quelques uns des assaillants.

- Publicité -


Cette attaque confirme la réalité de la menace qui plane sur les localités voisines des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest (NOSO), comme le redoutait déjà il y a quelques jours le Délégué général à la sûreté nationale (DGSN). Le 22 juin dernier, sur ordre de Martin Mbarga Nguele, Conrad Atefor Tsefor, le directeur adjoint des Renseignements généraux, instruisait les délégués régionaux de la Sûreté nationale de prendre des dispositions afin de prévenir des attaques des séparatistes dans les localités voisines du NOSO. Le patron de la police se fondait sur les renseignements obtenus et qui annonçaient des attaques des sécessionnistes dans les localités voisines de ces deux régions. Lesdits renseignements indiquaient que le nouveau leadership du mouvement sécessionniste sous l’impulsion d’Iyah Marianta Njomia la présidente de l’Etat virtuel d’Ambazonie, qui sévit dans le NOSO depuis six ans, envisageait de venger tous les Anglophones morts sous le feu des armes des Forces de défense et de sécurité; et programmait des attaques dans les localités voisines de ces deux régions en crise, ainsi que des actions visant à céer un conflit entre Francophones et anglophones.

Avant l’attaque actuelle, Kouoptamo dans le Noun avaient subi une attaque des sécessionnistes la semaine dernière, quelques mois après Bangourain dans le même département. le département des Bamboutos et singulièrement l’arrondissement de Babadjou, ne sont pas à leurs premières attaques. Dans cette localité frontalière avec le Nord-ouest, c’est l’angoisse.

Facebook Comments Box
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here