jeudi, juillet 25, 2024
spot_img
AccueilNon classéFootball : Samuel Eto’o condamné pour « violation des principes éthiques »

Football : Samuel Eto’o condamné pour « violation des principes éthiques »

La décision du jury disciplinaire de la CAF est tombée ce 4 juillet au soir.

Samuel Eto’o devra payer une amende de 200 000 dollars, soit environ cent millions de francs CFA. Ainsi en a décidé le jury disciplinaire de la Confédération africaine de football (CAF), dans une décision rendue nuitamment ce 4 juillet 2024. La condamnation concerne le volet des jeux de hasard dans l’affaire qui opposait le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) à Henry Njalla Quan Junior. « Le jury disciplinaire a estimé que M. Eto’o a gravement violé les principes d’éthique, d’intégrité et d’esprit sportif prévus à l’article 2 alinéa 3 des Statuts de la CAF», peut-on lire dans le communiqué de l’instance. Ce « en signant un contrat d’ambassadeur de marque avec la société 1Xbet en échange d’une rémunération».

Pour le volet des matchs truqués, « le jury disciplinaire a estimé qu’en l’état, il n’y avait pas suffisamment de preuves pour déclarer M. Samuel Eto’o Fils et M. Valentin Nkwain coupables de manipulation de matchs».

En clair, pour la CAF, Samuel Eto’o et le président de Victoria united alias Opopo n’ont pas organisé le trucage des matchs des championnats professionnels. L’audio ayant servi de base à la plainte d’Henry Njalla Quan n’a pas suffi à confondre les deux amis dont les voix renvoient à Samuel Eto’o et Valentin Nkwain, et dans laquelle ils projetaient de faire gagner des matchs au club du Sud-Ouest. Au passage, les deux hommes en question projetaient de faire suspendre des arbitres. Et on a vu au cours de cette saison le président d’Opopo interrompre des matchs lorsqu’il n’était pas satisfait de l’arbitrage.

A lire aussi: Des acteurs du football camerounais saisissent la CAF et la Fifa

Cela survient au moment où des acteurs du football camerounais viennent de saisir la CAF et la Fifa pour exiger non seulement le verdict de cette affaire, mais surtout de « prendre leurs responsabilités ».

C’est une décision qui ne devrait pas plaire à Njalla Quan et ses soutiens qui attendaient une radiation à vie du président de la Fécafoot, en évoquant les articles 154 du Code disciplinaire de la CAF et 20 du Code disciplinaire de la Fifa. Ou dans une moindre mesure une suspension temporaire. Il n’en sera rien. L’homme peut donc s’en réjouir, mais il est certain que ce n’est pas encore la fin de la partie. Il est certain qu’un appel soit fait de cette décision.

spot_img
LIRE AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN KIOSQUEspot_img

LES PLUS RECENTS