Faire de Douala la capitale de l’investissement privé

0
153

La directrice générale de l’Agence de Promotion des Investissements (API) explique comment faire de la ville portuaire la principale destination des capitaux investis au Cameroun.


La région du Littoral et sa capitale sont une destination facile à promouvoir, à en croire Marthe Angeline Mindja. La directrice générale de l’API a exposé sa stratégie lors du dernier Forum économique de Douala. Une stratégie déclinée en trois principaux points : promotion des atouts de la région, octroi des incitations aux investisseurs mobilisés, et promotion des partenariats financiers et techniques. Plus qu’ailleurs au Cameroun, la région du Littoral est historiquement propice à accueillir des capitaux privés. Les efforts de l’API ces dernières années ne démentent d’ailleurs pas cette tendance.

- Publicité -

Avec ses près de 4 millions d’habitants et son port, Douala est plus qu’une porte d’entrée : il s’agit d’un marché en soi. Il n’est dès lors pas surprenant que la ville attire les investisseurs en priorité. De nombreux projets destinés à y être implantés ont transité ces dernières années par l’API. Marthe Angeline Midja a ainsi signé plusieurs conventions dans ce sens avec des entreprises du secteur de l’hôtellerie, de construction de complexes industriels, de production d’huile de palme raffinée et de produits dérivés, de fabrication de couches jetables et de serviettes hygiéniques, ou encore de production d’articles divers en matière plastique.

PARI GAGNANT

De manière plus imagée, la sortie de terre du projet Douala Grand Mall représente peut-être davantage la place que la capitale économique occupe dans la stratégie de promotion de l’investissement au Cameroun. La première phase de la construction de ce centre commercial gigantesque a englouti la modeste enveloppe de 80 milliards de francs CFA. De l’argent levé auprès du fonds d’investissement britannique Actifs. La réalisation du Mall a fait face à quelques difficultés dues aux résistances de quelques partenaires publics et privés, à en croire Mathurin Kamdem, son promoteur. Ce dernier confesse que ces écueils ont pu être surmontés grâce au soutien permanent des pouvoirs publics. Dans cette veine, l’API a joué un rôle majeur de facilitation à travers l’implication personnelle de sa directrice générale.

Faire de Douala la première destination pour les capitaux privés injectés dans l’économie camerounaise est forcément un pari gagnant. La ville bénéficie d’une bouffée d’air frais en matière de réduction du taux de chômage et de sous-emploi. Mme Mindja a effectué une visite d’évaluation en octobre 2019 dans diverses entreprises avec lesquelles l’API a signé des conventions et qui sont installées dans la capitale économique. Hôtellerie, fonderie, agroalimentaire, cordonnerie… En tout, une demi-dizaine d’entreprises pour plus de 2 000 emplois directs créés, s’est à l’époque félicitée madame la directrice générale. Dans une ville où 25,6 % de la population en âge de travailler est à la maison, la moindre opportunité créee est un exploit.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here