Barrage de Chollet: Le début des travaux annoncé pour 2027

C’est que révèle un appel d’offres international ouvert que viennent de lancer le Cameroun et le Congo.

AFD
Barrage de Lom Pangar

Le Cameroun et la République du Congo viennent de lancer un nouvel d’appel d’offres international ouvert pour la réalisation des études, la construction et l’exploitation en mode «Built operate and transfer» (BOT) de l’aménagement hydroélectrique de Chollet et ses lignes électriques associées. Concrètement, les deux pays souhaitent recruter un partenaire, de préférence privé, dont la mission sera de  financer partiellement les travaux, réaliser des études environnementales, exécuter les travaux de construction, mettre en service et procéder à l’exploitation en mode BOT de l’infrastructure susmentionnée. Pour s’assurer que le futur prestataire a les moyens de réaliser les prestations décrites supra, les maîtres d’ouvrage ont apposé deux verrous de sécurité. Premièrement, chaque soumissionnaire doit fournir une garantie de l’offre équivalant à 2% du montant total prévisionnel de réalisation du projet. Cette assurance qui protège le maître d’ouvrage contre le désistement du maître d’œuvre retenu lors d’un appel d’offres, sera délivrée par «une banque de premier ordre reconnue au niveau international», précise le manifeste susmentionné.

En outre, le candidat retenu à l’issue de la procédure de recrutement devra également sous 14 jours, fournir une Garantie de bonne fin d’exécution équivalant à 10% du montant total de l’offre du projet. Il s’agit d’une caution qui assure une indemnité au maître de l’ouvrage en cas d’inexécution partielle ou totale du partenaire. Elle  «sera libellée en FCFA ou dans une monnaie librement convertible et sera délivrée par une banque de premier ordre reconnue au niveau international», précise l’appel d’offres. Pour finir, le futur partenaire est également astreint au paiement d’un ticket d’entrée d’un montant de 10 milliards de FCFA échelonné comme suit: Un milliard de FCFA au plus tard , deux mois après la notification des résultats ; un milliard de FCFA au plus tard deux mois après la signature de l’accord de projet entre les Etats et les partenaires ; deux milliards de FCFA au plus tard deux mois après la création de la société de projet entre les Etats, le partenaire et les bailleurs de fonds ; six milliards au plus tard 1 mois après la signature des accords de financements.

Calendrier prévisionnel

La mise en œuvre du projet de construction du barrage hydroélectrique de Chollet va se faire de manière progressive. Après le bouclage (septembre 2024) de la procédure de recrutement du partenaire devant accompagner le Cameroun et le Congo dans l’érection et la gestion de cette infrastructure énergétique, la signature de l’accord de projet va intervenir 1 mois plus tard (octobre 2024). Le maitre d’œuvre va ensuite s’atteler à la réalisation des études d’avant-projet sommaire, d’avant-projet définitif, d’impact environnemental et de résilience des ouvrages face aux effets néfastes du changement climatique., pendant une durée de deux ans (de novembre 2024 à novembre 2026). Pendant ce laps de temps, le prestataire devra également proposer un modèle financier adapté au projet. Les quatre années suivantes (octobre 2024 à octobre 2028) seront consacrées à la recherche de financement. Pendant ce temps, la société de projet aura déjà été mise sur pied en 2025, et la signature des contrats  de projet (concession, licence, licence, contrat de construction, contrat de raccordement au réseau, contrat d’achat/vente d’électricité etc.) bouclée en 2027, tout comme le closing financier en 2025. Les travaux devraient débuter en 2027 et s’achever en 2032. Quant à l’exploitation par le partenaire privé, elle devrait durer de 2033 à 2063, soit 30 ans.

Un partenariat public privé difficile à nouer

Ce n’est pas la première fois que le Cameroun et le Congo lancent un appel d’offres international  pour le projet de construction du barrage de Chollet. Le plus récent est celui lancé le 23 avril 2023 avec pour objectif de recruter un bureau d’études pour la réalisation des études (environnementales et financières), du projet d’aménagement hydroélectrique de Chollet et des lignes électriques associées. D’après un récent communiqué conjointement signé par les ministres en charge de l’Energie du Cameroun et du Congo, ce dernier a été déclaré infructueux. Un second échec qui intervient après la résiliation en 2022, du contrat signé un an plus tôt, entre les deux pays et l’entreprise chinoise China Gezhouba group international engineering Co Ltd.  Selon le cahier de charges consulté par Défis Actuels, elle devait réaliser l’étude d’impact environnemental et social, les voies d’accès au site dans les deux pays d’Afrique centrale, le barrage, la centrale hydroélectrique, les postes et lignes électriques associées, la mise en service et l’exploitation des infrastructures dans le cadre d’un contrat en mode BOT (Build Operate Transfer).

Annoncé depuis 2018, le barrage hydroélectrique de Chollet, est un projet intégrateur majeur dans la zone Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale). D’un coût de 1200 milliards d’après les prévisions qui figurent dans le Programme d’investissements prioritaire (PIP) 2024-2026, cette infrastructure d’une production annoncée de 600MW, sera érigée sur les rivières DJA ET Ngoko, à cheval entre le Cameroun et le Congo.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.