Eliminatoires CAN 2023 : Que valent les adversaires du Cameroun ?

0
88

Le classement FIFA qui a guidé le tirage au sort des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2023 effectué ce 19 avril en Afrique du sud, a permis aux grandes nations de s’éviter. Ainsi, les 12 premiers pays ont été considérés comme têtes de poule. Les 36 autres ont ainsi été redistribués dans les différentes poules, en tenant compte de leurs gabarits qui en ont fait des lots de seconde et troisième dimension. Le hasard des mains innocentes du Sud-Africain Lucas Radebe et de l’Ivoirien Salomon Kalou, a placé le Cameroun en tête du groupe C, avec comme concurrents, le Kenya, le Burundi et la Namibie. Trois pays qui a priori ne sont pas des foudres de guerre, même si le ballon est rond pour tout le monde et que rien n’est acquis d’avance pour aucune sélection, en dehors de la Côte d’ivoire, pays organisateur.

- Publicité -

Pour ce qui est du Cameroun, 37ème nation mondiale de football, son adversaire le plus côté à la bourse des valeurs de la FIFA est le Kenya qui loge au 104ème rang. C’est le meilleur des trois adversaires sur le terrain de la CAN. En tout, six participations pour les Harambee stars : 1972, 1988, 1990, 1992, 2004 et 2019. A chaque fois, le pays est rentré au premier tour. Le second est la Namibie avec trois participations : 1998, 2008 et 2019. Le pays des Brave Warriors a connu le même sort que le Kenya. Enfin, le Burundi. Les Hirondelles (Intamba mu Rugamba) n’ont participé qu’à la CAN 2019, à la faveur de l’ouverture à 24 clubs, mais ne sont pas allés plus loin que la phase de groupe. C’est dire que sur papier, le Cameroun part favori du groupe. Le pays des Lions indomptables compte 20 participants dont cinq trophées (1984, 1988, 2000, 2002 et 2017), deux finales perdues (1986 et 2008), a terminé une fois 3ème à domicile en 1972, et a fini sa course au pied du podium en 1992. Et en Coupe du monde, le Cameroun est le seul pays du groupe C à avoir déjà goutté aux délices du Mondial : sept fois dont une terminée en quarts de finale (1990), en étant le premier Africain à y parvenir.

Mais la partie ne s’annonce pas forcément facile : « Le Cameroun se qualifiera à condition d’être humble, modeste, respectueux de tous les adversaires, avec plus d’engagements, de détermination, de rigueur, de discipline, de motivation et d’agressivité dans l’ensemble de ses matchs», a prévenu Casimir Mangue, entraîneur de football. En tout, ce sont 48 pays qui sont engagées dans ces éliminatoires, répartis en 12 groupes. Deux seront qualifiés par groupe pour le tournoi final qui se joue en Côte d’ivoire du 23 juin au 23 juillet 2023. Seul le groupe H produira un seul en principe car comprenant le pays organisateur d’office qualifié. Même étant alignés, le Kenya et le Zimbabwé (groupe K), risquent d’être disqualifiés avant même le démarrage de la campagne. Suspendus par la FIFA du fait des ingérences du politique dans les affaires des fédérations, ces deux pays seraient d’office éliminés si leurs suspensions ne sont pas levées deux semaines avant le coup d’envoi des premiers matchs. Une épée de Damoclès pèse également sur la tête de Sao Tomé. Vainqueur de l’Ile Maurice (1-0, 3-3) lors du premier tour des éliminatoires, le pays doit attendre la décision de la procédure disciplinaire liée à ce match, pour être fixé sur son sort.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here